Los Angeles: le procès Murray presque plié

Le procès du médecin de Michael Jackson est retransmis en direct sur les écrans géants de la ville. Les témoignages sont accablants, et la thèse du procureur David Walgren semble se confirmer. Poursuivi pour homicide involontaire, l’homme est suspecté d’avoir injecté une dose mortelle d’anesthésique.

Les dernières heures de la vie du chanteur sont passées au peigne fin, et le comportement du médecin est analysé à la loupe :

  • Avant d’appeler les secours, le Dr Murray a appelé l’assistant personnel de Michael Jackson, Michael Amir Williams, en parlant d’une « mauvaise réaction ».
  • Faheem Muhammad, le responsable de la sécurité, déclare que le médecin semblait faire un massage cardiaque à la star, et qu’il était très nerveux et en sueur avant l’arrivée des secours.
  • L’agent de sécurité, Alberto Alvarez, est entré après le Dr Murray dans la chambre. Ce dernier aurait attrapé des flacons au pied du lit, et aurait confié le soin à l’agent de les mettre dans un sac.
  • La cuisinière confirme l’état de panique du médecin au matin.
  • Les pompiers, arrivés sur les lieux quatre minutes après l’appel du docteur, assurent que le chanteur semblait déjà mort. Mais encore, Murray aurait dissimulé l’addiction de son patient au propofol.

Tout en concédant qu’il aurait administré du propofol le 25 Juin 2009 au matin, il se défend de toute surdose en affirmant que le roi de la pop a lui-même pris une dose de propofol associée au lorazepam. L’inculpé risque 4 ans de prison, et d’être radié de l’ordre des médecins.

Laisser un commentaire