Scène d’apocalypse au festival Pukkelpop

Un violent orage s’est abattu sur le site du festival Pukkelpop, près de Hasselt, au nord-est de Bruxelles. 60 000 à 65 000 personnes y assistaient, et l’orage a fait cinq morts et 73 blessés.

Catherine Blaise, participante du festival, raconte: “Le ciel était devenu complètement noir et nous nous étions abrités en attendant la pluie. Puis tout à coup, le ciel s’est déchaîné». L’orage a éclaté vers 18h20 et provoqué une véritable panique parmi les festivaliers.

Il n’a duré que dix minutes, mais a été d’une violence extrême: «Le vent s’est levé avec une violence rare. La structure qui soutenait la bâche a cédé. La bâche a commencé à tourner dans tous les sens. Tout le monde s’est mis à courir. Nous nous sommes abrités derrière un petit panneau. Il y avait des grêlons de plus d’un centimètre qui tombaient. J’ai des bleus partout. Des arbres tombaient. C’était épouvantable. C’était la fin du monde», a poursuivi la festivalière, co-fondatrice des soirées «forma T».

Simon, était également proche du site au moment où l’orage a frappé. « Nous avons essayé de retenir la tente qui s’envolait mais nous n’avons pas réussi. Une guirlande s’est brisée et nous avons reçu un choc électrique, raconte-t-il. Le chaos était incroyable. Nous avons voulu revenir vers le festival mais on nous a dit qu’il était en train d’être évacué, alors nous nous sommes dirigés vers le camping. Arrivés sur place : scènes d’apocalypse. Des ambulances partout, des pompiers. Le camping était complètement inondé, on avait de l’eau jusqu’aux genoux. Les tentes étaient trempées, les structures de douches s’étaient effondrées. »

Sur France Info, Arnaud, un jeune Belge de 19 ans, raconte  : «Ma tente est partie avec le vent.  Il y avait mon sac dedans, c’est tout parti avec le vent. Donc, je n’ai plus rien pour dormir». Et le jeune festivalier de poursuivre : « Le ciel était tout jaune. Donc là j’ai dit, on dirait l’apocalypse, la fin du monde. »

Laisser un commentaire