Christine Boutin veut limiter les écarts de richesse

Si certains, au sein de la majorité, hésitent encore à s’attaquer à une réforme en profondeur du secteur financier, d’autres estiment qu’il faut agir aussi vite que possible. La présidente du Parti Chrétien Démocrate et candidate à l’élection présidentielle Christine Boutin considère qu’il faut agir afin de limiter les écarts de richesse et propose notamment de “définir un écart de richesse tolérable dans chaque pays”.

Concrètement, Christine Boutin pense que «de 1 à 30 est quelque chose qui pourrait être envisagé». Il serait donc toléré de gagner jusqu’à 30 fois le SMIC, mais pas au-delà. C’est un véritable plafond que propose de mettre en place l’ancienne ministre du Logement.

“Il faut profiter de cette crise importante pour se poser la vraie question : est-ce que le monde doit être régi par l’argent, est-ce que l’objectif est le résultat positif du CAC 40 ou est-ce que c’est l’homme qui doit reprendre sa place première. Moi, naturellement, j’opte pour la seconde solution”, a-t-elle expliqué sur Europe 1.

Remettre l’homme au centre passe également par la lutte contre la spéculation boursière. « On peut immédiatement décider la taxation fondée sur la rapidité des opérations boursières, puisque celle-ci n’a comme objectif que la spéculation » a-t-elle affirmé lundi sur RMC. Il faudrait ainsi pénaliser les spéculateurs et non les petits détenteurs d’actions.

Ces propositions concrètes devraient beaucoup faire parler au sein de la majorité présidentielle. En effet, l’aile sociale de la droite commence à en avoir assez de l’argent-roi et de l’impunité dont jouit la finance internationale. Demander à tous les français de participer à l’effort, oui, mais il est hors de question de protéger les spéculateurs. En ce sens, les propositions de Christine Boutin vont à contre-courant des idées néo-libérales et sont conformes aux convictions sociales de la présidente du PCD.

 

Laisser un commentaire