Nouvelle nuit de violence londonienne

Alors que des émeutes étaient déjà survenues dans la nuit du samedi au dimanche dans le quartier de Tottenham faisant 29 blessés, de nouveaux incidents ont eu lieu à Enfield, dans le nord de la capitale. Un quartier touristique de la ville a également été touché.

La situation est loi d’être apaisée à Londres suite aux émeutes qui ont secoué le quartier de Tottenham, dans la nuit de samedi à dimanche. Les forces de l’ordre ont  sécurisé la zone où plusieurs véhicules et bâtiments avaient été incendiés mais d’autres émeutes ont touché le quartier d’Enfield, à dix kilomètres au nord de Tottenham, dans la nuit de dimanche à lundi dans . Dès 19 heures, dimanche, un groupe de jeunes se sont réunis et ont jeté des briques sur les forces de police. Ils ont pillé une douzaine de commerces et incencié une voiture de police. Un pharmacien a déclaré à la BBC qu’il avait dû se calfeutrer dans son magasin après une attaque d’une quinzaine de jeunes gens contre sa boutique.

Vers 22h, une centaine d’émeutiers ont attaqué un supermarché pour se procurer de l’alcool et des postes de télévision, selon un témoin cité par le Guardian. Déployée en masse, la police anti-émeute, armée de matraques et accompagnée de chiens, a réagi fermement et a procédé à l’arrestation de plusieurs personnes. «Quiconque croit pouvoir profiter des événements de la nuit dernière pour commettre de nouveaux délits aura affaire à nous», a prévenu le chef de la police londonienne, Christine Jones.

Selon plusieurs sources, c’est à la suite d’un appel facebook au lendemain de l’agitation du quartier de Tottenham que les jeunes se sont rassemblés. Selon Doug Taylor, un conseiller municipal d’Enfield interrogé par le Guardian, ces violences sont liées : «Les heurts se sont produits dans un intervalle de 24 heures. Comme la police était largement déployée à Tottenham, ils ont considéré qu’Enfield était un bon endroit pour s’offrir une seconde nuit de violences».

D’autres quartiers de Londres ont été victimes de troubles. A Brixton, dans le sud de la capitale, des centaines de personnes ont participé au pillage d’une grande surface de matériel électrique et des groupes de jeunes jetaient des projectiles sur les forces de l’ordre. En outre,  selon la police une cinquantaine de casseurs a causé des dommages à Oxford Circus, dans le cœur du Londres touristique. Plusieurs banques ont aussi subi des attaques dans le quartier de Walthamstow, selon un député travailliste.

Neuf policiers sont sortis blessés des émeutes. Une centaine de personnes ont été arrêtées dans la nuit, en plus des 61 de la veille. «C’est une situation difficile avec de petites poches de violence, des pillages et des désordres qui se déclenchent dans plusieurs quartiers», a reconnu le chef de Scotland Yard.

Samedi, les premiers troubles étaient survenus suite à une manifestation organisée dans la soirée pour réclamer justice après la mort, jeudi, d’un homme de 29 ans, Mark Duggan. Celui-ci avait été tué lors d’un échange de coups de feu avec la police.

Laisser un commentaire