Triple accord: la Banque mondiale et l’AFD aident le Mali

Mercredi 27 juillet, le gouvernement malien a signé avec la Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD) trois accords de financement d’un montant de plus de 61 milliards de FCFA. Ces accords interviennent pour soutenir le développement communautaire, les transports et l’aide budgétaire globale.

Le premier accord est signé avec la Banque mondiale et atteint la somme de 31 milliards de FCFA. Il a pour vocation de soutenir le développement des communes urbaines du Mali (PACUM) pour les six prochaines années, mais également d’accompagner le développement des programmes institutionnels des communes du district de Bamako et des villes de Kayes (ouest), Sikasso (sud), Ségou (centre) et Mopti (nord).

Il est prévu que la mise en œuvre concrète de ces plans d’action passe par l’identification des problèmes prioritaires et par l’apport de solutions adaptées, l’amélioration de la gestion financière des infrastructures et des plans d’investissements annuels efficaces.

Le second accord de financement également signé avec la Banque mondiale comprend 10,3 milliards de FCFA, investis pour initier la seconde phase du Projet sectoriel des transports (PST-2), à savoir le désenclavement du pays par la réhabilitation des routes, l’entretien des pistes rurales, la réalisation et la construction de quais.

Enfin, la convention signée avec l’AFD, dirigée par Dov Zerah et pour qui le développement africain reste une priorité,  met à disposition du gouvernement malien une enveloppe financière d’environ 20 milliards de FCFA. Ce montant, qui s’étale sur trois ans, est destiné  à financer la stratégie de croissance ainsi que la réduction de la pauvreté dans le cadre de l’aide budgétaire globale.

20 % de l’aide est consacrée au développement du secteur privé en ciblant des réformes de structures et le renforcement des capacités. 30%  est réservé au développement des régions du Nord-Mali (Tombouctou, Gao et Kidal).

Le reste du montant ne sera affecté nulle part et restera au service de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté.

Laisser un commentaire