DSK: avant la femme de chambre, les hôtesses de l’air?

Les avocats de Nafissatou Diallo auraient reçu une lettre anonyme du Canada révélant que la compagnie disposerait de «centaines de griefs» de clients contre Strauss-Kahn. Ils invitent les hôtesses qui auraient été «importunées» par DSK à s’exprimer.

Dominique Strauss-Kahn se serait-il montré désobligeant auprès des hôtesses d’Air France? Quoiqu’il en soit, les avocats de Nafissatou Diallo, la femme de chambre victime présumée d’une tentative de viol de la part de l’ancien patron du FMI, veulent en avoir le cœur net et ont lancé un appel aux personnels féminins de la compagnie française pour obtenir des témoignages susceptible d’accréditer l’idée d’un homme obsédé par les femmes et qui n’hésite pas à enfreindre les limites de la bienséance.

Le journal Le Parisien a fait savoir ce jeudi 4 août que Kenneth Thompson et Douglas Wigdor incitent les femmes qui auraient eu à subir des avances ou propositions équivoques de la part de DSK de se déclarer auprès d’eux. «Si des hôtesses ont le sentiment d’avoir été importunées, gênées, agressées par un comportement inapproprié, elles peuvent nous appeler», indiquent les avocats new-yorkais.

Le cabinet Thompson & Wigdor aurait par ailleurs eu recours aux services d’un enquêteur privé en France pour faire le compte-rendu des agents du personnels de la compagnie susceptibles d’avoir souffert de telles attitudes, ou d’en avoir été le témoin. Ils disposeraient déjà d’au moins deux éléments. Un cadre d’Air France aurait fait état d’un incident à l’aéroport de Los Angeles, dans lequel il aurait été obligé de demander à DSK de «bien se tenir», selon le journal.

Le cabinet d’avocats aurait également reçu un courrier anonyme, postée depuis le Canada, qui indiquait qu’Air France disposait de «quelques centaines de griefs émanant de clients, employés, membres d’équipage à l’encontre de l’homme soupçonné d’avoir abusé» de Nafissatou Diallo. Aucune procédure n’aurait été engagée pour ces incidents, écrit Le Parisien. Selon cette même lettre, il aurait par ailleurs été décidé au sein d’Air France que «seuls des employés masculins devaient être affectés dans les salons première classe quand ce client (NDLR : DSK) voyageait».

«Le comportement supposé de M. Strauss-Kahn envers les personnels féminins d’Air France est un exemple de plus de sa vision des femmes, réduites à un simple objet que l’on peut maltraiter à loisir. Ce schéma de pensée inexplicable qui lui permet d’abuser d’elles est une preuve de plus qui accrédite l’agression subie par Mme Diallo le 14 mai dans la suite 2806 au Sofitel», concluent les avocats.

Le journal rapporte aussi d’autres informations qui conforteraient les informations contenues dans la lettre anonyme et les hypothèses des avocats. Vient d’abord le témoignage d’un ancien responsable du Syndicat national des personnels navigants commerciaux (SNPNC), qui précise que DSK était «coutumier du fait» (en parlant des avances ou propositions équivoques, ndlr). Un message posté ensuite sur un forum du personnel d’Air France, indique que Dominique Strauss-Kahn aurait «gratifié» une hôtesse d’une remarque désobligeante le jour même de son interpellation à bord d’un vol Air France, le 14 mai à New York.

Air France s’est officiellement refusée à tout commentaire pour le moment.

Une réponse à DSK: avant la femme de chambre, les hôtesses de l’air?

Laisser un commentaire