Argentine: A la recherche des meurtriers des deux françaises

Suite au meurtre de deux jeunes françaises en Argentine, 80 policiers de la province de Salta (dans le nord de l’Argentine) ont mené leurs recherches dans la zone du mont San Lorenzo dimanche 31 août. En quête « d’indices, de pistes et des responsables », les forces de police espèrent identifier le ou les meurtriers de Cassandre Bouvier et Houria Moumni.

Les corps de ces deux jeunes Françaises âgées de 24 et 29 ans ont été retrouvés vendredi sur le mont San Lorenzo, à 12 kilomètres à l’ouest de Salta, capitale de la province du même nom, à 1 600 kilomètres au nord de Buenos Aires. Les policiers ont identifié des impacts de balles correspondant à un pistolet ou un revolver de calibre 22.

Le commissaire José Hinojosa, attaché de presse de la police de Salta a admis qu’« il n’y a pas eu de détention » pour le moment. Il est prévu que les recherches reprennent dès ce lundi, mais les policiers progressent lentement dans cette région de montagnes escarpées, avec des températures basses et des arbres assez hauts.

Les enquêteurs comptent également sur l’analyse ADN pour débusquer les auteurs du meurtre. L’une des deux victimes tenait en effet des cheveux de l’agresseur dans son poing fermé. Le juge Martin Perez, chargé de l’affaire, pense que le ou les meurtriers pourraient se trouver parmi la population clairsemée de cette région. Le but de l’enquête est aussi de déterminer si les deux jeunes filles ont été enlevées et séquestrées.

Le Quai d’Orsay a assuré faire « pleinement confiance aux autorités argentines […] pour faire toute la lumière sur ces meurtres afin que les responsables soient identifiés et jugés ». Les deux Françaises sont arrivées à Salta en autocar le 11 juillet, et étaient censées repartir le 19 juillet. Selon le registre, elles ont pénétré sur le site de randonnée le 15 juillet,  mais leur décès ne serait intervenu qu’entre mardi 26 et jeudi 28 juillet.

Les familles des deux victimes ont été reçues dimanche à Paris, par le secrétaire d’État chargé des Français de l’étranger, David Douillet. Il « a exprimé sa solidarité avec les familles et les a assurées de la mobilisation des services de l’Etat, tant à Paris qu’en Argentine, pour les aider dans cette épreuve », a relaté un communiqué.

Laisser un commentaire