Report d’audience: DSK est en veine

L’exposition médiatique de Nafissatou Diallo ces derniers jours et les déclarations inédites qu’elle a livré sur les circonstances de l’agression, ont mené au report du prochain rendez-vous judiciaire de DSK au 23 août, qui devait initialement avoir lieu le 18 juillet.

Des éléments contradictoires sont ressortis des déclarations de la plaignante: parmi ces incohérences figure le fait qu’elle a décrit son agresseur comme “bruyant” alors qu’elle le disait silencieux auparavant. “Je disais arrêtez, arrêtez, ne faites pas ça ! Je vais perdre mon travail !, raconte Nafissatou Diallo. “Et il m’a répondu ne vous inquiétez pas, vous n’allez pas perdre votre travail. Après, il m’a dit vous êtes belle…”.

Le procureur new-yorkais a estimé avoir besoin de temps supplémentaire pour analyser ces nouveaux éléments à la lumière du dossier. “Il doit se plonger dans les détails du récit public de la plaignante et le comparer à ce qu’elle a déclaré devant le grand jury et dans sa première déposition”, commente Stephen Dreyfuss, avocat au barreau de New York et ancien substitut au parquet de New York.

Le report de l’audience sert les intérêts de la défense. Les avocats de DSK n’auront pas, pour l’instant, à évoquer en audience publique les “motions” visant à faire écarter les preuves hostiles aux intérêts de leur client, par exemple d’éventuels témoignages sur des faits passés d’agressions sexuelles. En effet, “si de telles preuves étaient discutées publiquement avant que le procureur ne prenne une décision sur la poursuite de son enquête, cela augmenterait la pression exercée sur lui quant au maintien de la procédure”, explique Stephen Dreyfuss.

Benjamin Brafman et William Taylor comptent par conséquent sur un  abandon des charges avant le 23 août, car d’ici là de nouvelles incohérences juridiques pourraient avoir raison de l’accusation.

Laisser un commentaire