Famine dans la Corne d’Afrique: la FAO se réunit d’urgence

La situation critique de la Corne de l’Afrique inquiète de plus en plus la communauté internationale : l’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a convoqué lundi 25 juillet à Rome une réunion d’urgence afin de trouver un moyen de venir en aide à quelque 12 millions de personnes menacées de famine.

Avant la réunion d’urgence,  la Banque mondiale a décidé de débloquer 500 milions de dollars pour faire face à la situation. La Banque mondiale a fait savoir dans un communiqué que cette somme venait compléter les 12 millions de dollars débloqués pour apporter “une aide immédiate à ceux qui sont le plus touchés par la crise”.

L’ONU a rapporté que des dizaines de milliers de personnes sont mortes ces dernières semaines, victimes de la sécheresse qui touche toute la région: Somalie, Ethiopie, Kenya, Djibouti, Soudan et Ouganda. Le secrétaire général de l’organisation, Ban Ki-moon, aspire à réunir 1,6 milliard de dollars d’urgence uniquement pour la Somalie, où “des enfants et des adultes meurent chaque jour à un rythme terrifiant”. “Les retards peuvent causer encore plus de morts”, a-t-il mis en garde alors que les agences de l’ONU n’ont reçu que la moitié de la somme nécessaires aux programmes d’assistance.

Près de la moitié de la population, 3,7 millions de personnes, est en situation de crise en Somalie, où deux régions du Sud ont été déclarées en situation de famine par les Nations unies, qui parlent de la “plus grave crise alimentaire en Afrique” en 20 ans. Les agences spécialisées de l’ONU essayent de trouver une solution pour livrer l’aide alimentaire alors que les deux régions les plus touchées sont sous contrôle des insurgés islamistes shebab, qui bloquent l’accès aux organisations humanitaires.

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a réussi à distribuer près de 400 tonnes de nourriture dimanche dans le sud de la Somalie sous contrôle shebab, région victime de la sécheresse. Il s’agit de la première distribution de nourriture directement aux populations menée par le CICR depuis 2009 dans les zones sous contrôle des insurgés islamistes, selon le site internet de l’organisation.

La directrice du PAM, Josette Sheeran, a annoncé jeudi depuis Mogadiscio que son organisation lancerait “dans les prochains jours un pont aérien” pour fournir une aide alimentaire spéciale aux enfants de la capitale somalienne Mogadiscio “qui en ont un besoin désespéré”.

Pour affronter la crise régionale, la seule FAO demande 120 millions de dollars supplémentaires pour la Corne de l’Afrique, dont 70 millions pour la Somalie et 50 millions pour l’Ethiopie, le Kenya, Djibouti et l’Ouganda.

Samedi, la commissaire de l’Union européenne à l’aide humanitaire Kristalina Georgieva a promis 27,8 millions d’euros (40 millions de dollars) supplémentaires, lors d’une visite dans le plus grand complexe de camps de réfugiés du monde (près de 400.000 personnes), Dadaab, dans l’est du Kenya, à la frontière de la Somalie. L’UE avait déjà offert 70 millions d’euros.

La sécheresse et la guerre civile, qui a poussé sur les routes de l’exil des centaines de milliers de Somaliens,  ont été accompagnées d’une flambée des prix du carburant et des produits alimentaires.Selon les experts de la FAO, le maïs et le sorgho étaient vendus le mois dernier à Mogadiscio aux prix record respectifs de 660 et 670 dollars, soit une augmentation de 106 et 180%. La réunion de lundi, organisée à la demande de la France qui président le g20, compte aborder ce problème.

“C’est une réunion d’urgence déclenchée par l’escalade de la famine. Son objet principal est d’attirer l’attention des dirigeants de la planète, c’est un appel aux politiques pour qu’ils se penchent sur les racines du problème de l’insécurité alimentaire”, a expliqué Mme Amaral.

Les participants examineront aussi des solutions sur le long terme, comme l’aide aux paysans et aux éleveurs, ou l’introduction de plantes plus résistantes à la sécheresse.

Le ministre français de l’Agriculture, Bruno Le Maire, y participera, aux côtés du directeur général de la FAO Jacques Diouf, de Josette Sheeran, de la responsable de l’ONG britannique Oxfam ainsi que des ministres de Djibouti, du Soudan, du Soudan du Sud et d’Ouganda.

Laisser un commentaire