Hôtel de la Marine : symptôme d’un pays sclérosé

hotel_de_la_marine_

Qu'ont-ils fait de ce monument préstigieux ?

La commission dirigée par Valéry Giscard d’Estaing qui devait statuer sur le sort de l’Hôtel de la Marine a rendu son verdict : le monument devrait être sous la coupe du Louvre. Il fallait s’y attendre…

 

En France, le privé c’est le mal, tout doit passer par l’administration, les impôts sont de plus en plus importants et on préfère toujours attendre que de prendre des décisions ambitieuses. L’épisode de l’hôtel de la Marine est symptomatiques des maux de notre pays conservateur et en déclin.

 

Ainsi, lorsqu’il s’agit de décider sur un projet d’AVENIR, on confie la réflexion a un groupe d’homme dont le chef est âgé de 85 ans et dont la moyenne d’age dépasse les 60 ans. Ces vétérans ont donc logiquement décidé de confier l’avenir a un vieux musée. De la sorte, ils sont sûrs que rien ne bougera !!

 

Lorsqu’un projet ambitieux et économiquement rentable (le projet Allard pour l’Hôtel de la Marine n’était que le premier, il y en aurait sans doute eu d’autres aussi pertinents et innovants si l’on n’avait pas tué dans l’œuf tout émulation et toute créativité) est proposé, on préfère l’administration, la gestion publique dont on connaît pourtant l’efficacité.

 

Car ne nous voilons pas la face, il s’agit certainement du pire problème de toute cette affaire  : l’État français (le contribuable donc) va devoir payer la note très salée des frais de restauration du bâtiment.

 

Alors que chaque jour, on nous explique partout que nous sommes dans une ère de rigueur budgétaire, que les États vont devoir surveiller toutes leurs dépenses sous peine de connaitre le sort de la Grèce, de l’Irlande et du Portugal, une commission poussiéreuse nous explique qu’il va encore falloir payer près de 200 millions d’euros  !!!!

 

Tout ça pour nous faire un énième musée parisien ?! Au lieu de laisser un privé proposer un projet original (dans le cadre d’une location, il n’a jamais été question de “céder” le monument comme l’ont fait croire certains manipulateurs rétrogrades), innovant et unique, on préfère encore demander à l’administration de gérer cette future succursale du Louvre qui perdra du coup toute son essence et son caractère. L’Hôtel de la Marine ne sera plus qu’une annexe…

 

Tous ces débats, ces réunions, ces commissions pour faire un cadeau à l’administration du Louvre dont on connaît l’appétit, cela n’était certainement pas nécessaire.

 

Reste à savoir si Nicolas Sarkozy, qui a basé sa réussite sur son image moderne, dynamique et ambitieuse, en opposition à cette France sclérosée, suivra les conseils de la commissions des vieux messieurs.

 


Alexandre Allard sur l'Hôtel de la Marine par rfleury4

Laisser un commentaire