Nicolas sarkozy fait un saut du coté de kaboul

Le président de la république a procédé à une visite éclair mardi 12 juillet en Afghanistan. Sa visite a été effectuée dans le plus grand secret pour des raisons de sécurité. Le 64ème soldat français est mort depuis le début de l’envoi des troupes.

La présence française en Afghanistan date de 2001. C’est Jacques Chirac et son premier ministre Lionel Jospin qui avaient pris la décision d’engager les troupes françaises dans le conflit.

Nicolas sarkozy s’est immédiatement rendu sur la base avancée de l’armée française à Tora, à l’est de Kaboul. A la presse, il a fait savoir qu’il allait procéder au retrait d’un quart des troupes françaises – soit un millier d’hommes- à la fin 2012. «Il faut savoir finir une guerre», a-t-il tranché. La totalité des soldats tricolores «de sécurisation» auront quitté le sol afghan à la fin de l’année 2014, a complété le chef des armées.

Le général Emmanuel Maurin, chef des troupes françaises en Afghanistan, l’avait accueilli avec ce résumé : la situation sur le terrain est marquée selon lui par «une radicalisation de l’insurrection, qui ne s’est néanmoins pas étendue parmi la population».

Une partie des 4 000 militaires français déployés dans ce pays est basée dans la région de Surobi, à l’est de Kaboul. François Fillon a précisé que suite au d’un millier d’hommes, les effectifs français restant seraient concentrés dans la province de la Kapisa «qui n’est pas entièrement sécurisée». «Les forces de sécurisation auront quitté l’Afghanistan en 2014″, a ajouté le Premier ministre depuis Paris. “Mais il restera au delà de cette date des hommes pour former les forces afghanes sur place».

Le président de la République s’exprimera devant les soldats français avant de retourner à Kaboul, où il doit rencontrer le général américain David Petraeus, commandant de la Force internationale de l’Otan en Afghanistan (Isaf), puis le président afghan Hamid Karzaï.

La visite présidentielle va permettre de préciser le calendrier du retrait français, que le président avant annoncé le 24 juin dernier, en clôture d’un sommet européen, en parallèle du retrait militaire annoncé peu avant avec les Etats-Unis. Un tiers des forces américaines, 10 000 hommes sur un total de 33 000 soldats, doit quitter le sol afghan d’ici à la fin 2011, les autres rentrant aux Etats-Unis fin 2012.

Laisser un commentaire