Septembre: dernier carat pour définir le plan de sauvetage grec

Le ministre des finances François Baroin a fait savoir mercredi 6 juillet qu’il restait “quelques semaines” pour définir les modalités d’une participation des banques à l’effort commun pour le nouveau plan de sauvetage de la Grèce.

Pour élaborer ce plan, dont le montant devrait s’évaluer à une centaine de milliards d’euros d’aide à la Grèce jusqu’en 2014 inclus, le ministre a évoqué, sur Europe 1, la nécessité d’avoir “des mesures solides du côté grec en matière de réduction du déficit” et “un effort partagé avec le privé sur la base d’un volontariat”.

“Nous travaillons là-dessus, c’est un modèle français qui est proposé, en fait c’est un système de roulement, c’est-à-dire lorsqu’une dette arrive à échéance elle est reprise pour une date qui est à discuter” par les créanciers privés (banques, assurances, fonds d’investissement…), a expliqué François Baroin, qui doit se rendre jeudi à Berlin pour rencontrer, lors de son premier déplacement, depuis qu’il a succédé à Christine Lagarde, son homologue allemand, Wolfgang Schäuble.

Les ministres des finances ont débloqué samedi une nouvelle tranche des 110 milliards d’euros sur trois ans promis dans le cadre du premier plan grec, il y a un an, pour permettre à la Grèce de pouvoir faire face à ses obligations de remboursement de dette en juillet.

la Grèce a en effet rempli la condition posée au déblocage de ce montant en votant un nouveau programme d’austérité qui prévoit 28,4 milliards d’euros d’économies supplémentaires d’ici à 2015 et une série de privatisations censées en rapporter 50 milliards.

Laisser un commentaire