DSK libéré dans deux semaines?

Le procureur pourrait bien décider très prochainement d’abandonner les charges pesant sur Dominique Strauss Kahn. C’est ce que le New york Post a fait savoir mardi 5 juillet décision, parlant d’un délai de deux semaines.

L’article du New York Post commence par cette  phrase explicite: «Débouche le champagne, DSK». Il fait savoir que les procureurs sont tombés d’accord pour abandonner les accusations portées à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn, notamment celle pour tentative de viol. Un enquêteur proche du dossier précise même que cette hypothèse est «une certitude». La décision pourrait tomber lors de la prochaine audience du 18 juillet, voire avant.

La source du tabloïd a déclaré: «Nous savons tous que la situation n’est plus tenable». Faisant référence à la femme de chambre, dont de nombreux mensonges ont été découverts par l’équipe du procureur, l’enquêteur ajoute: «sa crédibilité est si mauvaise maintenant, nous savons que nous ne pouvons pas défendre notre dossier avec elle».

Ce manque de crédibilité est «une honte», assure cette source, car à cause d’elle, il sera impossible de connaître la vérité sur l’affaire. «A-t-il usé de la force? Un crime a-t-il eu lieu? Je pense que nous le saurons jamais», ajoute celui qui est la seule source citée par le Post au long de cet article.

le Figaro a pour sa part dévoilé mardi 5 juillet un élément favorable à la femme de chambre.  L’analyse des cartes magnétiques de l’hôtel montre que la femme de chambre a ouvert la suite de DSK à 12h06, a ouvert une suite attenante à 12h26 et à 12h27, est revenue dans la suite 2806, quittée par son occupant. D’un côté ces éléments sont la preuve d’un nouveau mensonge de la plaignante, qui dans une deuxième version avait dit avoir nettoyé une chambre après les faits; d’un autre coté, ces analyses rendent crédible son premier scénario: elle s’est enfui de la chambre pour se prostrer, le temps que DSK quitte la chambre.

Laisser un commentaire