José Bové et ses acolytes faucheurs finalement relaxés

Les huit hommes, dont José Bové, poursuivis pour la destruction de deux parcelles expérimentales de mais OGM Monsanto, ont finalement été relaxés.

le 14 juin, le parquet avait requis à l’encontre de José Bové et 7 faucheurs volontaires des amendes allant de 500 à 1000 euros pour avoir saccagé des parcelles test de maïs Monsanto le 15 août 2008 à Civaux et Valdivienne, dans la Vienne. . Finalement, les huit hommes ont été relaxés par le juge le juge du tribunal correctionnel de Poitiers mardi 28 juin.

Le texte auquel le parquet faisait référence pour engager les poursuite ne correspondait pas aux accusations formulées selon les estimations du tribunal. Il a aussi estimé qu’aucune requalification n’était possible. l’avocate des faucheurs, Marie Christine Etelin, s’est félicitée de cette décision:“Monsanto est débouté, il y a eu une erreur de texte”. “Ils étaient poursuivis sur la base de la nouvelle loi sur les OGM mais sur un mauvais texte. Le tribunal ne pouvait donc pas les condamner et la requalification n’était pas possible”, a-t-elle expliqué. Selon elle, “il n’y avait pas d’éléments dans le dossier prouvant que c’était un essai au titre de recherche au développement”.

Le 14 juin, le conseil de Monsanto et de l’exploitant qui cultivait les parcelles avait demandé la condamnation des faucheurs, chiffrant le préjudice de Monsanto à 150.000 euros et celui de l’exploitant à 15.000 euros.

Laisser un commentaire