Liliane Bettencourt et sa fille: c’est de nouveau la guerre

La tutelle qui avait été demandée par Françoise Bettencourt-Meyers pour sa mère la Liliane Bettencourt n’est plus à l’ordre du jour.  L’héritière de L’Oréal étudie, de son côté, d’éventuelles actions contre sa fille.

Lundi 21 juin, la Cour de cassation a décidé d’arrêter l’une des procédures  entre l’héritière de L’Oréal et sa fille. Elle a jugé que, puisque Françoise Bettencourt-Meyers avait elle-même renoncé à la mise sous tutelle de Liliane Bettencourt lors de la signature de leur traité de paix en décembre dernier,  sa requête n’avait plus lieu d’être examinée par la justice étant donné que Françoise Bettencourt-Meyers. «Le désistement (…) émanant du requérant met fin à l’instance», explique l’arrêt.

Françoise Bettencourt-Meyers a mis fin à la trêve le 7 juin dernier en déposant un nouveau dossier devant la même juge des tutelles: elle lui a demandé de se pencher sur les «conditions d’exécution du mandat de protection» exercé par Pascal Wilhelm, autrement dit la méthode de travail de cet avocat et nouvel homme de confiance de Liliane Bettencourt, qui s’occupe de la gestion de sa fortune personnelle.

Françoise Meyers a déclaré avoir peur qu’un nouveau «cordon sanitaire» n’ait été dressé autour de sa mère pour la couper de sa famille. Elle a critiqué, notamment, le fait que sa mère ait investi dans la société de Stéphane Courbit, ceci sur les conseils de Pascal Wilhelm. L’avocat-mandataire, auquel Liliane Bettencourt a répété sa confiance, a défendu son dossier devant la juge des tutelles. La magistrate devra trancher sur le sujet.

En outre, Liliane Bettencourt a eu recours aux services d’un nouveau cabinet d’avocats pour envisager, avec Pascal Wilhelm, toutes les solutions d’actions éventuelles en réponse à sa fille, qu’elle a qualifiée, dans le JDD, de «dérangée».

Laisser un commentaire