Mariage homosexuel: ce ne sera pas pour cette fois

293 voix contre 222 se sont élevées contre la proposition de loi PS en faveur de l’ouverture du mariage aux couples homosexuels à l’Assemblée nationale mardi 14 juin. La gauche a voté pour tandis qu’une grande partie de la majorité UMP-Nouveau Centre s’y est opposée.

Le texte avait déjà été l’objet d’un débat la semaine dernière lors d’une séance d’initiative parlementaire réservée aux députés socialistes et apparentés. les résultats du vote ne laissaient place à aucun suspense puisque le gouvernement et la majorité UMP s’y étaient très clairement opposés la semaine dernière. Seuls Franck Riester et Henriette Martinez s’étaient prononcés en faveur du texte.

Michel Diefenbacher (UMP) ainsi déclaré lors des explications de vote, qu’il ne fallait “pas aller dans le sens du vent ni céder aux effets de mode”. “Nous sommes contre l’homophobie mais nous ne voulons pas altérer dans l’inconscient collectif l’image et la fonction du mariage”, qui est “une institution” chargée de “la protection du plus faible, à commencer par la femme”.

A l’inverse, le rapporteur du texte Patrick Bloche (PS), qui avait déjà porté la création du Pacs en 1999, a estimé qu’il s’agissait “avant tout de faire tomber une discrimination” et que la proposition de loi “ne traite que de l’homoconjugalité, pas de l’homoparentalité”.

Jeudi, déjà Patrick Bloche a souligné le retard de la France par rapport au reste de l’Europe. Il a jugé “nécessaire de franchir une nouvelle étape sur le chemin de l’égalité des droits”. La France est “aujourd’hui à la traîne” par rapport, notamment, aux sept Etats européens ayant reconnu le mariage homosexuel (Pays-Bas, Belgique, Espagne, Norvège, Suède, Portugal et Islande), a-t-il souligné.

Face aux rares députés UMP présents, il a tenu à souligné le caractère positif de la proposition de vote: “Il n’est question que d’ajouter un droit nouveau, non de réduire les droits des couples mariés hétérosexuels”.

Laisser un commentaire