Toulouse:des gendarmes mal inspirés interrompent le chant léger

Brassens n’aimait pas les flics et le chantait avec un humour et un vocabulaire délicieusement perfide. Aujourd’hui, chanter Brassens à proximité des gendarmes vous vaut une interpellation. ça a été le cas  d’une trentaine de rebelles à Toulouse mercredi, qui avait poussé la chansonnette devant un commissariat.

Un groupe de toulousains s’en est allé jouer les choristes devant un commissariat de la ville rose mercredi soir. Près d’une trentaine, les jeunes malicieux ont entonné  le refrain d’Hécatombe. Cette chanson avait déjà été à l’origine d’un fait divers similaire à Cherbourg il y a quelques jours : trois jeunes avaient chanté ses paroles (peu respectueuses des représentants de l’ordre) devant trois officiers, ce qui leur avait valu une mise en garde.

Les Toulousains, désireux d’imiter leurs compatriotes du nord, avaient répondu présents à l’appel à la mobilisation qui avait eu lieu par SMS et internet. Ils se seraient ainsi retrouvés devant un commissariat de la ville pour chanter la chanson de Georges Brassens…et quelques autres.

Les policiers n’ont  pas  trouvé la chorale à leur goût. Ils ont donc procédé à l’interpellation des coquins et les ont conduit dans le commissariat. C’était à deux doigts de la garde à vue. Vingt-neuf d’entre eux ont été convoqués. Parmi eux, une Italienne a raconté sa stupéfaction suite à cette histoire “ridicule” et “surréaliste”: “Je croyais qu’il n’y avait rien de mal à chanter Brassens devant un commissariat. Apparemment, il y a certaines personnes auxquelles on ne peut pas toucher”, a-t-elle rapporté après son entrevue de jeudi matin.

 

Laisser un commentaire