Un lapin mutant inquiète les japonais

Naissance inquiétante près de la centrale de Fukushima: un petit lapin blanc est sorti né dépourvu d’oreilles, signe d’importantes radiations pour les japonais qui s’inquiètent pour leur santé.

Cette naissance, ayant eu lieu le 7 mai à 30 kilomètres de la centrale au sein d’un élevage où les lapins se nourrissent d’herbe et évoluent en plein air, attise la crainte des japonais. A leurs yeux, elle est la manifestation d’importantes émissions radioactives et interroge l’impact de ces émissions sur leur santé et celle de leurs enfants.

Depuis que cette vidéo a été publiée, les critiques à l’égard de la société TEPCO, propriétaire de la centrales, se déchainent car elle est montrée du doigt pour son incompétence jugée déplorable dans la gestion de la catastrophe. “On va assister à davantage de naissances de bébés de ce type“, écrit un internaute. “J’ai entendu dire que les risques de leucémie et de cancer augmentaient après une fuite radioactive, est-ce exact?“, panique un autre quand un troisième se montre beaucoup plus pessimiste: “Dans un avenir proche, il y aura de plus en plus d’enfants japonais comme cela. Je me demande comment TEPCO va réagir face à cela.

Néanmoins, certaines personnes mettent en doute la véracité de l’information, limitant le vent de panique qui secoue les japonais. Il est actuellement impossible de prouver que l’absence d’oreilles du lapin surnommé “mutant rabbit” soit directement liée à la centrale. François Bochaud, directeur de l’institut de radiophysique du CHUV, le centre hospitalier de Lausanne en Suisse est plutôt sceptique vis-à-vis de cette thèse: “Les radiations peuvent provoquer des malformations génétiques qui se transmettent de génération en génération. Mais il n’y a pas de malformations spécifiques à une irradiation. Elles sont les mêmes dans une population irradiée que dans une population standard, c’est la fréquence qui diffère.

Pour prouver son analyse, le scientifique donne des chiffres précis. “Les expériences sur les animaux, rats et chiens, montrent qu’une exposition à 1000 millisieverts double les risques de malformation. A titre de comparaison, le niveau était de 1 millisievert dans la région de Fukushima. L’absence d’oreilles chez ce lapin a donc bien plus de chances d’être une malformation naturelle qu’un phénomène provoqué par une irradiation.

Mutation due à Fukushima ou simple malformation génétique, cette naissance tombe toutefois au mauvais moment pour la société TEPCO qui a un mal fou à maîtriser sa centrale depuis maintenant près de trois mois. La catastrophe paraît aujourd’hui beaucoup plus importante qu’annoncée par les autorités au moment du tsunami.

Laisser un commentaire