Concombres contaminés: “Ce n’est pas inquiétant”

Suite à l’infection contractée par trois français imputée à des concombres contenant la bactérie E.Coli et provenant d’Espagne, Françoise Weber,  directrice générale de l’Institut national de veille sanitaire, a fait savoir que ce «n’est pas inquiétant».

Elle a indiqué que ces trois personnes «ont en commun d’avoir toutes voyagé en Allemagne ou de venir d’Allemagne». D’ailleurs, «aucun cas d’infection contractée localement n’a été signalé par d’autres Etats membres que l’Allemagne», selon le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC). Jusqu’à aujourd’hui, Le syndrome hémolytique et urémique (SHU), qui affecte le sang, les reins et, dans les cas graves, le système nerveux central, a causé la mort de dix personnes et a touché trois cent personnes outre-Rhin.

Xavier Bertrand, le ministre de la santé, a fait savoir que les producteurs espagnols réfutaient le fait que la contamination trouve son origine dans leurs concombres. Et les autorités allemandes ne sont pas absolument certains que la bactérie provienne bien d’Espagne. Dimanche, il a aussi annoncé qu’un lot de concombres d’origine espagnole avait été retiré du marché en Bretagne, mais il a expliqué que les trois Français contaminés ne se trouvaient pas dans la région.

Il a précisé au Grand Jury RTL/leFigaro/LCI que l’un habite à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), l’autre à Toulouse (Haute-Garonne) et le troisième à Bastia (Corse). Pour le moment, la France reste vigilante et surveille l’évolution de la situation, la bactérie ayant une période d’incubation de sept à quinze jours. L’INVS recommande aux médecins hospitaliers ou libéraux français ayant diagnostiqué une diarrhée sanglante ou un SHU survenus depuis le 20 avril chez des patients ayant séjourné en Allemagne dans les quinze jours précédant le début des symptômes de les signaler à leur agence régionale de santé.

Laisser un commentaire