FMI et succession: Christine Lagarde en première ligne

Le ministre du Budget François Barouin a déclaré mardi 24 mai sur Europe 1 que la Chine, deuxième économie mondiale, était favorable à la candidature de la ministre française de l’économie au poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI).

Mais la Chine refuse de commenter ces propos et même si elle fait en effet partie des favoris, Christine Lagarde n’a toujours pas fait savoir si elle était candidate pour succéder à Dominique Strauss-Kahn.

François Barouin a déclaré sur Europe 1: «Ce qui est en train de se dessiner, c’est un consensus européen, ce qui est important» au vu de la crise actuelle de la dette en Europe. Il a poursuivi en ces termes:  «Mais vous comprendrez aisément, compte-tenu des circonstances de la démission du directeur général du FMI et qu’il n’y pas d’orgueil national dans cette affaire, que ce n’est pas à la France de se positionner en premier», précisant ne pas connaître la position de Barack Obama sur le sujet.

«Si un Français ou une Française peut, sur son nom, définir un consensus européen soutenu par les Chinois, et éventuellement par les Américains, on ne pourra que s’en féliciter, a-t-il ajouté. Mais nous ne voulons adresser aucun geste qui pourrait être interprété comme une forme de mépris vis-à-vis des pays émergents et aucun geste signe d’arrogance compte-tenu des circonstances particulières».

Pour le ministre du Budget, il est «encore trop tôt pour dire» si Christine Lagarde est bien candidate pour prendre la tête du FMI. Il n’a aucune inquiétude concernant les possibles influences que pourrait avoir l’affaire Tapie, dans laquelle la ministre de l’Économie est soupçonnée d’être intervenue pour arbitrer le dossier entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, sur la candidature de Christine Lagarde. «nous ne sommes pas inquiétés par cette affaire», a-t-il assuré.

 

 

Laisser un commentaire