Palmarès cannois: “trop de bons films”, pas assez de prix

Trop de films, pas assez de récompenses. C’est la particularité de cette édition cannoise qui a été obligée de choisir et d’évincer certains films et certains talents  pourtant remarquables. C’est The Tree of Life qui remporte la palme d’or, pour un film qui bouleverse les formes habituelles du cinéma.

Terrence Malick n’est pas venu chercher son prix sur scène, faisant ainsi honneur à sa réputation de grand timide. Il  a reçu la palme d’or pour son film le plus personnel, et le plus religieux, intégrant l’histoire d’une enfance dans l’histoire du monde. Peut-être que les propos controversés de Lars von Trier ont facilité sa victoire, le cinéaste ayant condamné ses chances de se faire récompenser en disant “comprendre Hitler”.

Kristen Dunst a cependant sauvé l’honneur du film en recevant le  prix d’interprétation féminine. Ce n’est que la troisième fois que le cinéaste offre à ses actrices l’occasion d’être récompensées à Cannes. Cela avait été le cas de Bjork pour Dancer in the Dark, Charlotte Gainsbourg pour Antichrist et aujourd’hui Kirsten Dunst. Nicolas Winding Refn, a été récompensé pour la mise en scène de Drive. Et ce n’était pas une surprise de voir que Maïwenn a reçu le prix du jury en regard du choc que son film avait infligé à Cannes au moment de sa projection.

Après ces évidences, il est impossible de ne pas regretter des absences criantes au palmarès. «Il y avait trop de bons films», a expliqué Olivier Assayas, membre du jury, en montant les marches. Cru exceptionnel, le 64e Festival de Cannes n’avait tout simplement pas assez de prix à donner. Tilda Swinton pour We Need to Talk about Kevin et Michel Piccoli pour Habemus Papam méritaient d’être distingués. Autant que Pedro Almodovar pour La Peau que j’habite, Joseph Cedar pour Footnote, Bertrand Bonello pour L’Apollonide, ou encore Aki Kaurismäki pour Le Havre.

C’était quand même une sacrée belle  édition et il nous tarde déjà d’être en 2012.

LE PALMARES

Palme d’Or: «The Tree of Life» de Terrence Malick
Grand prix du jury: «Il était une fois en Anatolie» de Nuri Bilge Ceylan et «Le Gamin au vélo» des frères Dardenne
Prix du meilleur acteur : Jean Dujardin pour «The Artist»
Prix de la meilleure mise en scène : Nicolas Winding Refn pour «Drive»
Prix de la meilleure actrice : Kirsten Dunst pour «Melancholia»
Prix du scénario : Joseph Cedar pour «Footnote»
Prix du jury : «Polisse» de Maïwenn

Caméra d’or : «Las Acacias» de Pablio Giorgelli, présenté à la Semaine de la Critique
Palme d’Or du court-métrage : «Cross Country» de Maryna Vroda
Mention spéciale : «Badpakje» de Wannes Destoop

Laisser un commentaire