Irlande: Elizabeth II ne se repent pas, mais regrette

La reine Elizabeth II a exprimé sa sympathie et ses regrets mercredi, lors du deuxième jour de sa visite en Irlande. Ses paroles fortes en signification s’adressaient aux individus et aux familles qui ont subi les conséquences des siècles d’affrontements entre la Grande-Bretagne et l’Irlande.

La souveraine a profité d’un discours télévisé prononcé à l’occasion d’un banquet au château de Dublin, ancien siège du pouvoir britannique, pour faire ses déclarations, hautement symboliques: “À tous ceux qui ont souffert des conséquences de notre passé troublé, j’offre mes plus sincères pensées et ma profonde sympathie”.

Ses paroles ont suscité une exclamation de Mary McAleese, la part de  la présidente irlandaise puis la salle a s’est laissée allée à un tonnerre d’applaudissement. C’est la première visite d’un souverain britannique depuis l’indépendance de l’Irlande en 1921. la reine a multiplié  les gestes diplomatiques forts soucieuse de surmonter l’histoire mouvementée des relations entre Londres et Dublin.

Elizabeth II, qui n’est cependant pas allé jusqu’à présenter ses excuses pour les actes commis par les britanniques pendant le conflit, s’est remémoré la disparition de son cousin, tué en 1979 par un nationalistes irlandais. Rapportant sa souffrance personnelle à la douleur universelle qui résulte de tout conflit, elle a estimé: “Ces événements nous ont tous affectés, la plupart personnellement, et constituent un douloureux héritage”.

plus tôt dans la journée, elle a rendue une visite à Croke Park, théâtre du Bloody Sunday de 1920, où les forces britanniques avaient ouvert le feu et provoqué la mort de quatorze civils.

Laisser un commentaire