DSK entend “prouver son innocence”

Suite à ses accusations de tentative de viol, et à son incarcération, DSK a adressé une lettre de démission de son poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI) qui a été publiée par le FMI. Il y écrit vouloir se consacrer à faire la preuve “de son innocence”.

Jeudi, ses avocats essaieront pour la seconde fois d’obtenir sa libération sous caution, celle-ci s’élevant à un million de dollars, accompagnée de la garantie que l’ex candidat aux présidentielles ne quittera pas New York. Cela se traduirait par son placement en résidence surveillée 24 heures sur 24 à Manhattan, avec un bracelet électronique. Cette garantie est fournie en réponse à la première  demande de libération sous caution que DSK s’était vu refuser lundi, la juge invoquant la possibilité d’une tentative de fuite.

Dominique Strauss-Kahn proclame son innocence et déclare dans le communiqué du FMI diffusé jeudi: “Je démens avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations portées à mon encontre”. Il poursuit: “Je veux protéger cette institution que j’ai servie avec honneur et dévouement et surtout, surtout, je veux consacrer toutes mes forces, tout mon temps et toute mon énergie à prouver mon innocence”.

Incarcéré depuis lundi dans la prison new-yorkaise de Rikers Island, Dominique Strauss-Kahn faisait face ces derniers jours à une pression grandissante, beaucoup de dirigeants jugeant sa situation incompatible avec l’exercice de sa fonction.

Le FMI va préciser très bientôt les détails du processus de sélection du nouveau directeur général, ce qui lancera officiellement la course à sa succession. C’est John Lipsky, le numéro deux de l’institution, qui assurera la transition.

La plaignante, une femme de chambre de 32 ans originaire de Guinée et travaillant dans l’hôtel où il séjournait, a été entendue mercredi par un jury populaire. Vendredi aura lieu la réunion des jurés pour décider un possible renvoi de Strauss-Kahn devant un autre jury, qui serait en charge de le juger.

La séquence des évènements du samedi new-yorkais de Strauss-Kahn commence à se profiler avec plus de netteté: Une source proche de l’enquête a appris à Reuters que le Sofitel de Times Square avait prévenu la police une heure après le départ de Strauss-Kahn de l’hôtel. Une source citée par Le Figaro affirme en outre qu’un autre employé était dans la suite du dirigeant français lorsque la femme de chambre est entrée, et que cet employé pensait les lieux inoccupés.

Les conseillers de l’ancien directeur du FMI n’ont pas dévoilé pour le moment leur stratégie de défense. Cependant, Benjamin Brafman, l’avocat de DSK, a laissé entendre, lors de l’audience de lundi, que dans le cas où les rapports sexuels étaient prouvés, il ferait la preuve qu’ils ont eu lieu sous consentement mutuel.

 

Laisser un commentaire