Homophobie: le ministère de l’éducation s’en occupe

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie le mardi 17 mai, le lycée professionnel Vauquelin situé à Paris recevait des bénévoles de l’association Contact afin d’effectuer un travail de sensibilisation sur le langage discriminant auprès des élèves. Le ministre de l’Education Luc Chatel était présent.

Les insultes homophobes étaient écrites au tableau et les élèves étaient invités à réagir et à les analyser. Un travail qui a entrainé la participation concentrée des jeunes puis qui a peu à peu pris la forme d’un débat animé par les bénévoles. Des questions telles que “Pensez-vous qu’être homosexuel est un choix?” ont suscité différentes réactions et différentes réflexions.

Après une heure d’échange, Mickaël, l’un des bénévole, a finalement conclu la séance en insistant sur les fins de l’intervention: “On a voulu vous montrer le poids des mots. Les insultes conduisent à l’isolement, voire à la dépression. Rappelez-vous que vous serez toujours la minorité de quelqu’un.”

Pierre-Luc Masson, le proviseur du lycée reconnaît l’importance de ce travail de sensibilisation: “C’est important de les sensibiliser à l’homophobie. Chaque année, un élève est absent au moment du bac, car il a été victime de ce fléau”. Un phénomène dont est bien conscient Luc Chatel : “Même si l’homophobie scolaire ne représente que 4% des cas rapportés dans le rapport 2011 de l’association SOS homophobie, il faut la faire reculer.”

Dans ce but, le ministère a conclu de nombreux partenariats avec des associations pour sensibiliser les lycéens. Le ministère a également mis en place il y a quelques années un numéro Azur (0.810.20.30.40) destiné à écouter les adolescents qui s’interrogent sur leur orientation sexuelle.

Laisser un commentaire