DSK: soutenu par ses amis politiques

Après la stupeur provoquée par son accusation, les proches de DSK se mobilisent pour le soutenir alors qu’il vient d’être incarcéré dans la prison de Rikers Island.

Tandis que Jean-Christophe Cambadélis a affirmé son incrédulité en déclarant: “Nous ne pouvons croire à sa culpabilité. Il sera bientôt au milieu de nous”, a clamé Jean-Christophe Cambadélis, proche politique, Pierre Moscovici est sur la même ligne : “je le connais depuis 30 ans, cela ne lui ressemble pas à ce que je connais de lui”.

L’épouse du président du FMI, Anne Sinclair est soutenu de toute part par les proche de DSK. L’ancienne journaliste s’est envolée pour New York dès qu’elle a appris l’arrestation de son mari afin d’être en mesure d’assister à l’audience. L’attachée de presse de DSK mais aussi amie d’Anne Sinclair, Anne Homel,  ainsi que Me Jean Veil, l’avocat de la famille l’ont accompagnée. Sur place, ils devaient retrouver Camille la fille du couple.

Il est cependant hors de propos d’entrer dans la danse judiciaire pour les communicants de l’ancien ministre de Jospin. Il affirment d’avoir absolument pas l’intention de “jouer les médias français contre la justice américaine”. A la barre au tribunal de New York, seuls les avocats américains, des ténors du barreau, défendront le président du FMI.

En France néanmoins, a défense médiatique s’organise. Les proches de Dominique Strauss-Kahn s’expriment dans les médias. ils se plaignent du fait que “Seule l’accusation, pour l’instant, a la parole” et tentent de sensibiliser l’opinion publique sur la dureté des images diffusées.

Les lois américaines exaspèrent les amis de DSK. Marie-Pierre de la Gontrie, vice-présidente socialiste de la région Ile-de-France et accessoirement avocate déplore qu'”on n’ai toujours pas entendu les arguments de la défense. Personnellement et politiquement, je trouve cela terrible”.

Michèle Sabban, élue du Val-de-Marne et soutien inconditionnel de Dominique Strauss-Kahn et Jean-Christophe Cambadélis sont choqués et continuent d’évoquer un piège et parlent de lynchage médiatique. La primaire socialiste, qui se déroule dans un mois, n’est plus leur cheval de bataille. Selon les chefs d’accusation, Dominique Strauss-Kahn encourt 74 ans de prison.

Laisser un commentaire