DSK: passé au peigne fin par la police de New York

Après 24 heures d’audition, Dominique Strauss-Khan a été décrit aux journalistes comme “fatigué” mais allant “bien” par son avocat américain, devant le palais de justice de Manhattan. C’était juste avant qu’il ne quitte le commissariat de Harlem menotté, en route pour une destination inconnue. Benjamain Brafman, un autre de ses avocats, a déclaré que DSK contestait les accusations portées contre lui et comptait “se défendre vigoureusement“.

La police n’a pas délivré d’informations claires concernant le lieu où était mené le patron du FMI, inculpé d’agression sexuelle sur une femme de chambre d’un hôtel de Manhattan. On suppose qu’il a été conduit  dans les services médico-légaux pour y subir des examens corporels.

Normalement, il était prévu que DSK comparaissent dimanche en audience préliminaire. Mais le fait que l’accusé accepte de se soumettre à de nouveaux examens lui a permis de retarder sa présentation à la justice. “Notre client a volontairement consenti à un examen scientifique et médico-légal ce soir à la demande du gouvernement et compte tenu de l’heure nous avons convenu de reporter la lecture de l’acte d’accusation à demain matin“, a souligné l’avocat William Taylor.

Le porte-parole de la police de New York a déclaré  qu’un nouveau mandat allait permettre aux enquêteurs d’analyser les vêtements du patron du FMI, afin de rechercher “de l’ADN“. Il a précisé que  les empreintes génétiques recherchées étaient sans doute localisées dans “des cheveux, du sperme“, ou autre. Il a poursuivi en disant que la police souhaitait un mandat également pour une fouille corporelle. A la question de savoir si les enquêteurs entendent chercher des traces de griffures comme l’ont indiqué des médias américains, le porte-parole a acquiescé : “oui, c’est ce qui se passe“.

Enfin, cette même police de New York a fait savoir que le directeur général du Fonds monétaire  international ne bénéficie pas de l’immunité diplomatique face aux accusations d’agression sexuelle qui pèsent contre lui.

Laisser un commentaire