Ségolène Royal se dit l’héritière de François Mitterrand

Lors de “l’université populaire”, évènement organisé par le mouvement Désir d’avenir le dimanche 8 mai à Paris, Ségolène Royal s’est posée en digne héritière de François Mitterrand, deux jours avant le trentième anniversaire de son accession à l’Élysée. Mais la légitimité de la filiation ne fait pas l’unanimité.

Appelé à faire un discours à la tribune, Pierre Bergé, homme d’affaires et mécène, a lancé: “Le vrai successeur de François Mitterrand s’appelle Ségolène Royal”. Dans la même veine, Charles Fiterman, un des ministres communistes du gouvernement Mauroy s’est exprimé lui aussi en faveur de la comparaison: Il faut “faire pousser de nouvelles branches sur l’arbre de la démocratie, dans le droit fil de la victoire de François Mitterrand (…) que nous fêtons aujourd’hui, et c’est tout naturel, autour de Ségolène Royal”.

Ségolène Royal a profité de l’événement pour faire valoir le sujet qui lui tient à cœur, les valeurs républicaines.  Pour illustrer ses propos, elle a demandé à ses partisans de s’emparer des couleurs bleu-blanc-rouge, car “elles appartiennent à tous”, et le Front national ne doit pas s’en attribuer “le monopole”.

S’adressant aux “jeunes des quartiers populaires” ou issus de l’immigration , elle a déclaré: “Ce drapeau, c’est aussi le vôtre, soyez en fiers ! du haut d’une estrade derrière laquelle étaient hissés trois triangles représentant le drapeau français. En 2007, sa déclaration disant que si elle était élue présidente elle ferait en sorte qu’il y ait un drapeau dans toutes les familles, avait été suivie de vives critiques.

Si Ségolène Royal s’est emparé de l’héritage, ce n’est pas une évidence pour l’opinion: Selon un sondage TNS Sofres pour Canal+, publié lundi 9 mai, les Français ne jugent aucun des présidentiables socialistes particulièrement plus proche que les autres de l’ancien président.

A la question de savoir qui, parmi les dirigeants actuels du PS “se rapproche le plus de François Mitterrand dans ses idées et ses propositions”, les personnes interrogées classent François Hollande en tête avec 18 %, juste devant Dominique Strauss-Kahn (16 %) et Martine Aubry (13 %). Ségolène Royal, à 9 %, est légèrement distancée. Viennent ensuite Laurent Fabius (8 %), Bertrand Delanoë (5 %), puis en queue de peloton Manuel Valls (2 %), Arnaud Montebourg (1 %) et Benoît Hamon (1 %). 27 % sont sans opinion et ne citent aucun nom. Chez les seuls sympathisants du PS, le classement est inchangé, François Hollande obtenant 23 %, Dominique Strauss-Kahn 20 % et Martine Aubry 18 %.

 

Laisser un commentaire