Déficit: une embellie en mars après un inquiétant début d’année

Même si le déficit commercial français a bénéficié d’une légère réduction  en mars grâce à la baisse des achats de produits pétroliers, il s’est fortement dégradé les deux mois précédent, affichant une hausse de 60%...

Alors que la balance commerciale affichait un déficit de 6,374 milliards en février, il n’est plus que de 5,746 milliards en mars selon les données CVS/CJO publiées vendredi par les Douanes. Les anticipations de 5 économistes interrogés par Reuters avaient plutôt tablé sur un déficit de 6,5 milliards.

C’est essentiellement la baisse des importations de pétrole brut et de produits pétroliers raffinés qui explique cette réduction du déficit, “le repli des volumes acheminés l’emportant, ce mois-ci, sur la hausse des prix”, comme le font valoir les Douanes.

En net repli vendredi sur les marchés internationaux, le prix du baril de Brent a progressé de près de 25% au premier trimestre pour atteindre 120 dollars en mars, provoquant notamment une envolée des prix à la pompe.
La balance énergétique a également bénéficié le mois dernier d’une augmentation de 40% en un mois des ventes d’électricité à l’Allemagne, due à l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires après la catastrophe de Fukushima au Japon.

Mais cela ne suffit pas à compenser l’importante dégradation du déficit au mois de janvier et de février. Le solde cumulé depuis le 1er janvier s’établit à -18,906 milliards d’euros, contre -11,76 milliards sur les trois premiers mois de l’an dernier, soit une augmentation de 60% du déficit.

Laisser un commentaire