France Télécom: la vague de suicides se poursuit

Mardi, un salarié de France Télécom s’est immolé sur le parking d’une succursale à Bordeaux. “Marqué” par le suicide, le directeur général de l’opérateur estime que le rétablissement d’un climat social stable nécessitera du temps.

Après le suicide par immolation d’un de ses salariés sur le parking d’une succursale de France Télécom dans la région bordelaise, Stéphane Richard a expliqué au Wall Street Journal mercredi qu’un “effort quotidien” allait être mis en place pour en finir avec les vagues de suicides. Il précise que “rien n’est acquis” même après l’application d’un plan d’amélioration des conditions de travail début 2010. Il juge néanmoins que “des progrès significatifs” ont été réalisés et que “le climat social s’est amélioré”.

Xavier Bertrand, ministre de la santé, a fait savoir que son entretien avec le directeur général lui avait montré une personne “marquée” par l’événement. Selon lui, la direction de France Télécom est «déterminée à analyser» et à «tirer les conséquences» des causes du drame. Il ajouté qu'”il n y a aucun déni de la part de France Télécom. “s’il y a un lien peut être établi et s’il faut prendre de nouvelles mesures, ils le feront.”

Le ministre a également précisé que «des drames, il y en a dans des entreprises de 100.000 salariés». D’après son analyse, les suicides chez le grand groupe serait “en net recul par rapport à l’an dernier”. “C’est pour cela qu’il ne faut surtout pas relâcher les efforts mais les intensifier si nécessaire” a-t-il conclu.

les syndicats sont plus pessimistes et Christian Mathorel de la CGT a indiqué après l’immolation que “les choses n’étaient pas réglées”. Sont toujours dénoncées  la pénibilité du travail au sein de l’entreprise à laquelle s’ajoute le manque d’encadrement des salariés.

Laisser un commentaire