Les manifestations en Syrie: Matelas contre balles réelles

Selon des témoins et des militants pro-démocratie, les forces de sécurité syriennes n’ont pas hésité à tirer des balles réelles pour chasser les manifestant qui campaient sur la place centrale de Homs, à l’ouest de la Syrie, dans la nuit de lundi à mardi. Les manifestants souhaitaient le départ de Bachar el-Assad.

La police aurait dans un premier temps émis ses ordres de départ via des hauts parleurs pour forcer le départ des manifestants de la place Sa’a Jadida (place de la Nouvelle Horloge). C’est seulement peu de temps après que les forces de sécurité sont intervenues en utilisant du gaz lacrymogène et en tirant des balles réelles sur les contestataires qui campaient sur la place et avait amené avec eux matelas, eau et nourriture.

Ils ont tiré sur tout, il y avait de la fumée partout“, a déclaré un militant pro-démocratie par téléphone à l’Associated Press. “J’ai vu des gens au sol, certains touchés au pied, d’autres à l’estomac“.

Ces données ont été confirmées par d’autres témoins sans que celles-ci bénéficient d’un bilan précis. Par peur des représailles, ces déclarations se sont faites sous couvert de l’anonymat. Les restrictions imposées par le régime syrien aux médias, et l’expulsion des journalistes étrangers empêchent à ces témoignages d’être confirmés par une source indépendante.

Les 5000 manifestants qui campaient sur la place s’étaient installés là suite aux violences meurtrières du weekend et étaient bien décidés à occuper le lieu jusqu’au départ de président Bachar el-Assad.

Malgré la prochaine levée de l’état d’urgence annoncée samedi par Bachar el-Assad, le mouvement de contestation contre le régime de Damas ne faiblit pas.

Des étudiants syriens ont fait savoir sur le mur facebook qu’ils n’iraient pas en cours pendant trois jours à partir de mardi. A travers ce boycott, il souhaitent pointer du doigt les récentes violences et l’intervention des forces de sécurité à l’université de Damas, qui ont causé la mort d’un étudiant.

les forces de sécurité syriennes ont causé la mort d’au moins 200 personnes au cours de ce dernier mois selon des organisations de défense des droits de l’Homme.

Laisser un commentaire