Le patron de Total irrite Nicolas Sarkozy

Le patron de Total s’est fait remettre à sa place par le président de la république. Ce dernier a en effet été fortement irrité par Christophe de Margerie qui indiquait mardi dernier que le prix de l’essence allait atteindre les deux euros de manière inexorable.

L’envolée des prix de l’essence échauffe les esprits. Nicolas Sarkozy n’a guère apprécié les déclarations du patron de Total assurant que le litre de super atteindrait « sans aucun doute » les deux euros. C’est au cours d’une réunion avec les parlementaires UMP que le chef de l’état a fait montre de son agacement : « Les propos de Monsieur de Margerie sur le litre à 2 euros sont indécents »[…]Je vais m’en occuper ».

C’est dans les colonnes du Parisien que Christophe de Margerie avait expliqué Mardi qu’un litre de super à 2 euros était « inéluctable » :« Cela ne fait aucun doute ! La vraie question, c’est quand ? Il faut espérer que cela n’arrive pas trop vite, sinon les conséquences seraient dramatiques... ».

Ces déclarations suivaient de près une réunion qui s’était tenue à Bercy rassemblant la ministre de l’Economie, Christine Lagarde , le ministre de l’Energie, Eric Besson, et le secrétaire d’Etat au Commerce, Frédéric Lefèbvre, et les principaux acteurs de la filière pétrolière. A l’issue de cette réunion, les pouvoirs publics avaient décidé de taxer les compagnies pétrolières à hauteur de 115 millions d’euros pour alléger la facture de 5 millions d’automobilistes.

Christophe de Margerie exprimait son scepticisme vis-à-vis de cette décision : « C’est une solution de très court terme » […] « Ce ne sera pas suffisant. La vraie solution est globale : il faut miser sur les investissements, passer à la vitesse supérieure sur les économies d’énergie et diminuer la consommation. »

Lors de la matinale de Canal+ aujourd’hui, la patronne du Medef Laurence Parisot a tenté d’apaiser la situation estimant que Christophe de Margerie avait surtout tenté de tirer « un signal d’alarme ». « Il est vrai que l’augmentation du prix du pétrole, et donc de l’essence, nous préoccupe tous », a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire