Le gouvernement et l’ISF :les joies du bricolage

Hier, mardi 12 avril, la décision du gouvernement d’aménager l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été qualifié ni plus ni moins de vulgaire « bricolage » par le Parti socialiste et le Front de gauche.

Dans une interview sur Europe 1, le président PS de la commission des finances de l’Assemblée, Jérôme Cahuzac, a livré son opinion à propos du relèvement d’entrée de 790 000 à 1,3 million d’euros. Il n’a pas hésité à dire que cette réforme « ressembl[ait] davantage à du bricolage qu’à autre chose ».

Il affirmait que les foyers bénéficiaires « étaient déjà en pratique exonérés d’ISF car quand leurs biens valaient 1,2 ou 1,3 million d’euros, l’abattement sur la valeur de la résidence principale aboutissait à ce que déjà, ils n’entraient pas dans le barème de l’ISF ».

Jean-Luc Mélenchon file lui aussi la métaphore de Mr.Bricolage « Il y a deux choses lamentables, d’un côté l’Etat qui s’étiole et de l’autre côté un bricolage fiscal permanent qui fait de l’impôt quelque chose d’incompréhensible et d’injuste ».
Il a même réitéré ses propos alors qu’il intervenait sur Canal Plus : « l faut arrêter de bricoler, on n’y comprend plus rien. »
Même réaction de Jean-Luc Mélenchon : “” Intervenant sur Canal Plus, il a insisté : ” Le coprésident du Parti de gauche propose “qu’au-delà de 300 000 euros de revenus par an on prend tout, 100 %”.

La désapprobation n’est pas totale cependant. Jérôme Cahuzac estime que l’abaissement des taux d’ISF est pertinent : « [C’est] plutôt une bonne chose, car les taux qui existent aujourd’hui étaient probablement trop élevés. »

Jean-Luc Mélenchon est également en accord avec la suppression du bouclier fiscal qui selon lui « est une bonne chose ». Il reste prudent cependant et interroge : « La question qui se pose c’est de savoir combien il reste à la charge de l’Etat, car la stratégie constante [du gouvernement] c’est d’appauvrir l’Etat. »[…] Est-ce que les recettes de l’Etat vont être diminuées, et si elles sont diminuées, qui est-ce qui va payer ».

La réforme devrait être présentée le 11 mai en conseil des ministres. Elle sera examinée début juin par les députés et fin juin par les sénateurs pour être adoptée avant la mi-juillet. Prié de dire si les socialistes voteraient la réforme, Jérôme Cahuzac a répondu : “La réforme fiscale ça m’étonnerait, la suppression du bouclier fiscal certainement.”

Laisser un commentaire