France Télécom : le suicide, un accident du travail ?

Cette décision “confirme une nouvelle fois qu’une organisation du travail peut pousser les salariés au suicide”, a estimé le syndicat CFE-CGC/UNSA de France Télécom.

Le parquet de Besançon (Doubs) a ouvert une information judiciaire sur le suicide d’un salarié de France Télécom qui s’est pendu en août 2009. Une information judiciaire qui fait suite à un courrier de l’inspection du travail qui s’était penchée sur le dossier.

Et vient appuyer la décision de la Caisse primaire d’assurance maladie qui a décidé de considérer comme une “maladie professionnelle” le suicide d’un salarié de France Télécom.

Dans la lettre qu’il avait laissé pour expliquer son geste, Nicolas Grenoville, 28 ans et 4 ans d’ancienneté chez l’opérateur, confiait : “mon job me fait souffrir. […] FT [France Télécom] m’a mis dans la merde financièrement. Je suis mal à l’aise face aux clients… le travail est chiant et les gens cons, je ne supporte pas ce job et FT s’en fout”. Une lettre citée dans Le Journal du Dimanche qui a rencontré la mère de la victime.

Recruté en 2005 après un BTS, Nicolas Grenoville travaillait comme technicien de maintenance sur les centraux téléphoniques. Mais après une réorganisation, il a été chargé de visites commerciales chez les particuliers, raconte sa mère. Un nouveau travail qui ne lui correspondait pas, des primes en moins, “la peur de se faire virer”… Un vrai calvaire pour le jeune homme.

En août 2009, il est retrouvé pendu à son domicile.

Et sa famille découvre qu’il a déjà fait une tentative de suicide, qu’il a été victime de malaises sur son lieu de travail.

Mais pour l’avocate de France Télécom, interrogée par Le Journal du Dimanche, ce ne serait pas tout. Elle évoque une relation amoureuse qui s’est terminée peu avant le suicide et la fragilité du jeune homme.

Pourtant, Stéphane Richard, PDG de France Télécom avait déjà reconnu le suicide d’un autre salarié comme “accident du travail”.

Laisser un commentaire