Adoption homosexuelle : feu vert du Sénat

Le ministre de la Santé y est opposé et considère que l’infertilité médicale reste la condition d’accès à l’assistance médicale à la procréation.

La fin des “bébés Thalys”? Le Sénat a voté ce jeudi un amendement PS/Verts, contre l’avis du gouvernement, visant à élargir l’assistance médicale à la procréation (AMP) “à tous les couples”. Ce qui l’ouvre de facto aux couples de femmes.

“De nombreux couples de femmes se rendent en Belgique, aux Pays-Bas, afin d’avoir recours à des technique d’insémination inaccessibles en France”, a déclaré la sénatrice Alima Boumédiene-Thiery.

La satisfaction des associations homosexuelles, suscitée par cette annonce pourrait être de courte durée. Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand a été ferme: “C’est le constat d’une infertilité médicale qui reste la condition d’accès à l’AMP”. Cet amendement “modifie la frontière entre le médical et le sociétal” et “le gouvernement n’est pas prêt à suivre”.”L’AMP est une réponse médicale à un problème médical”, a-t-il insisté.

Le ministre ne semble pas avoir entendu les injonctions du “corps médical belge qui en appelle fréquemment au législateur français afin qu’il intervienne dans ce domaine” a expliqué Alima Boumédienne. Reprenant les termes de Xavier Bertrand, elle argue d'”une infertilité sociale” tout autant source de souffrance que peut l’être l’infertilité médicale.

Mais le ministre ne porte pas la parole de l’UMP puisque le rapporteur du texte, le sénateur UMP Alain Milon, a voté pour à titre personnel, estimant que cette évolution “conforme à la réalité française”.

Les associations restent prudentesUne deuxième délibération (nouveau vote pour tenter de modifier le premier) pourrait être demandée par le gouvernement sur cet amendement, voté de justesse dans le cadre de la loi révisant les lois bioéthiques.

Laisser un commentaire