Rien ne va plus entre le Maroc et l’Iran

Depuis longtemps les relations entre le Maroc et l’Iran, ne sont pas au beau fixe. La situation a nettement empiré, car le royaume vient en effet de rompre toutes ses relations avec la République islamique. La rupture a été annoncée par le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, il est reproché à l’Iran le soutien militaire accordé au Polisario via le mouvement du Hezbollah. 

L’affaire semblait entendue depuis quelque temps, et tout est allé très vite. A peine de retour de Téhéran où il a rencontré son homologue iranien, le ministre des Affaires Etrangères Nasser Bourita, annonce le départ de l’ambassadeur marocain en poste en Iran. Dans le même temps, le chargé d’affaires de la République islamique basée à Rabat est renvoyé chez lui.

Le Maroc, déclare avoir des preuves irréfutables, ainsi que des noms identifiés et des faits précis, qui prouvent une connivence entre le mouvement indépendantiste sahraouie, et la milice chiite libanaise.

Pour rappel, le Polisario s’est formé en 1973, d’abord pour lutter contre l’occupation du Sahara occidental par les Espagnols. Après leur départ, il s’est opposé par les armes à l’annexion du territoire par le Maroc et la Mauritanie, et a créé en 1976, la République arabe sahraouie démocratique (RASD).

Le RASD, reçoit depuis 2010 le soutien indirect de l’Iran, qui milite pour le droit des Sahraouis à l’autodétermination, ce qui provoqua la rupture des relations diplomatiques ou l’abaissement du niveau de représentation diplomatique entre le royaume du Maroc et ces pays.

Cependant, il faut reconnaître que la méfiance du Maroc vis-à-vis de l’Iran est plus générale, car il accuse fréquemment de prosélytisme religieux exercé à l’intérieur du pays afin de le déstabiliser, et de pousser à mettre en doute l’autorité du roi. Les relations maroco-iraniennes n’avaient officiellement repris qu’en 2016.

Crédit photo : Bandung P.

 

 

 

Laisser un commentaire