En fait, que contient l’héritage de Johnny ?

Comme de son vivant, Johnny Hallyday fait parler de lui, et fait vendre les journaux. Toute la presse people, et autres se fait l’écho de l’énorme bagarre judiciaire, qui se met en place concernant son héritage. Chacun choisit son camp, d’un côté, sa femme Laetitia et ses enfants, de l’autre côté les autres enfants de Johnny, soit Laura Smet et David Hallyday. Mais au fait, l’héritage consiste en quoi précisément ?

Tout d’abord, il y a un patrimoine foncier et matériel. On parle ici de trois villas de luxe réparties à Marnes-la-Coquette dans les Hauts-de-Seine, Los Angeles et l’île de Saint-Barthélemy d’une valeur estimée entre 10 et 15 millions d’euros chacune. Il faut aussi prendre en compte, plusieurs voitures, dont une Bentley Continental d’une valeur de 350 000 euros, qu’il utilisait en France, et plusieurs autres motos et voitures à Los Angeles.

De plus, au-delà de ça, il existe surtout la gestion du patrimoine musical du chanteur. On parle là, de plus de 1 000 chansons commercialisées, et environ entre 3 000 et 4 000 enregistrements différents. Chaque œuvre bénéficie d’une protection s’étalant sur 70 ans après sa commercialisation. Cela veut dire, que ses héritiers pourront potentiellement toucher des droits jusqu’en 2080. De son vivant, les droits du rockeur lui rapportaient entre 1 et 2 millions d’euros par an, un chiffre qui pourrait bien se maintenir, durant pas mal d’années.

On peut même raisonnablement faire le pari, qu’avec sa disparition, le chiffre devrait s’envoler durant quelques mois. Rien que la conception des albums officiellement posthumes, et autres albums hommages, devraient rapporter un immense pactole, difficilement chiffrable précisément. C’est justement ce côté difficile à chiffrer, qui donne aux droits d’auteur, un aspect miroir aux alouettes, dont chacun voudrait bien tirer profit. Après tout, le patrimoine musical du chanteur est aussi le reflet de sa vie, et chaque personne importante de la vie de l’idole des jeunes, peut prétendre en récolter les fruits à sa juste mesure.

Crédit photo : claude polypheme

 

Laisser un commentaire