Luc Besson a été le réalisateur de films français, le mieux payé en 2017

Une étude du site spécialisé Cinéfinances, publiée lundi 15 janvier, vient de dévoiler le classement des réalisateurs de films français, les mieux payés en 2017. En tête de cette liste, se trouve Luc Besson. En effet, le cinéaste a touché 4,44 millions d’euros pour son film de science-fiction « Valerian et la cité des mille planètes », et ses 4 millions d’entrées en France.

A la seconde place de ce classement, on retrouve Dany Boon, qui a tranquillement engrangé 3,5 millions d’euros pour la comédie « Raid dingue » et ses 4,6 millions d’entrées en France. Pour compléter le podium, il faut aller chez nos amis canadiens pour retrouver Christian Duguay, le réalisateur de « Un sac de billes », qui a gagné 1,262 million d’euros de rémunération. Les 4e et 5e position, sont occupées respectivement par Alain Chabat pour « Santa et Cie » rapportant 1,259 million d’euros, et Olivier Marchal pour « Carbone » 1 million d’euros. Mesdames, nous sommes désolés, mais seule Mélanie Laurent est présente dans le top 10 avec le film « Plonger » qui rapporte 935 000 euros.

On retrouve donc dans ce classement, des habitués du box-office français dans le style comédie française tout public comme Dany Boon et Alain Chabat. Plus étonnante, est la présence de Luc Besson.

On comprend bien, que la rémunération d’un réalisateur n’a pas forcément de rapport avec les résultats d’un film ou d’une production. Cependant, on ne peut pas s’empêcher d’être tout de même étonné de ce classement, qui coïncide avec les résultats globaux décevants de sa société de production et de distribution, qui est en difficulté financière et il va devoir licencier. EuropaCorp vient en effet d’annoncer lundi, qu’elle allait supprimer 22 emplois sur 79 en France dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi.

La société, qui a été créée par Luc Besson en 1999, n’arrive pas à assumer des semis-échecs dont notamment celui du présomptueux blockbuster « Valerian » dont les performances à l’international n’ont pas permis de justifier le budget de 200 millions d’euros. EuropaCorp va devoir réduire ses ambitions de « majors françaises », en réduisant sa voilure, et les ambitions trop prétentieuses de son patron.

Crédit photo : Filmova Wiki

Laisser un commentaire