Migrants : l’Eglise catholique est contre la circulaire Collomb

C’est une prise de position, qui était attendue, et elle est conforme à ce que l’on pouvait s’attendre. L’église de France vient de marquer son désaccord avec la politique migratoire actuelle du gouvernement. Les autorités catholiques françaises demandent la « sanctuarisation » des centres d’hébergement, des écoles, des hôpitaux et des lieux de culte.

Pour l’Eglise, il n’est pas question de mettre en œuvre la nouvelle circulaire du ministre de l’Intérieur, qui permet d’identifier les sans-papiers présents dans les structures d’accueil. Celle-ci permet ainsi un contrôle des situations et éventuellement une expulsion, et un retour au pays. A l’instar de nombreuses associations, Carlos Caetano, directeur de la Pastorale des migrants, le service de l’épiscopat dédié à ce dossier, a indiqué que « les personnes doivent pouvoir s’y rendre en confiance » sinon elles vont éviter les structures d’accueil que sont les écoles, les hôpitaux et bien sûr, les lieux de culte. Cela ne ferait que compliquer les situations et ajouter de la détresse à la détresse.

Ce n’est pas tout, l’Eglise catholique demande aussi, la mise en place de nouveaux couloirs humanitaires, afin d’accueillir en France des personnes en difficulté dans leur pays pour mieux lutter contre les filières clandestines. Les premiers couloirs humanitaires mis en place conjointement par les catholiques et les protestants et soumis à un protocole d’accord avec le gouvernement, ont permis l’accueil, l’été dernier, de familles de réfugiés syriens, installés au Liban.

Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Georges Pontier, a aussi plaidé pour que les demandeurs d’asile « soient autorisés à travailler » avant même que leur situation administrative soit tranchée. Enfin, les autorités catholiques s’inquiètent grandement de la situation faite aux mineurs isolés. « On doit continuer à les traiter comme des mineurs », selon Carlos Caetano.

Tout ceci fait suite à l’intervention du pape, qui a fait connaître son attachement à la situation des migrants dans le monde. Une mise en cause politique du gouvernement a certainement de quoi ravir de nombreux intégristes français. Par contre, il n’est pas sûr, que les engagements demandés vis-à-vis des migrants par le pape et sa concrétisation sur le terrain par les autorités catholiques soient du goût de nombreux traditionalistes catholiques. Ceux-ci restent avant tout soucieux de garder la primauté chrétienne de la France, face à ce que beaucoup appellent le risque de « grand remplacement »

Crédit photo : Patrick ROBLES

 

Laisser un commentaire