La Chine se décide enfin à interdire complètement la vente d’ivoire

C’est une bonne nouvelle pour le plus gros mammifère terrestre et ses défenseurs. La Chine, qui est le premier importateur mondial de défenses d’éléphant, va interdire la vente d’ivoire à partir de dimanche. Hélas, comme souvent, cette bonne nouvelle est ternie par un gros bémol, car Hong-Kong échappe à cette interdiction.

Cependant, il ne faut pas bouder son plaisir, car cette décision était attendue depuis longtemps, et elle constitue une étape importante pour la préservation de l’espèce. C’est pour cela, que cette mesure a été largement saluée par les organisations de protection de la nature et des espèces vulnérables.

C’est un coup dur pour les trafiquants qui jusqu’ici, s’arrangeaient avec cette ouverture du marché mis en place par Pékin. La Chine a autorisé jusqu’ici le commerce d’objets en ivoire acquis avant l’adoption en 1975 de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), à condition qu’ils s’accompagnent des certificats adéquats.

Les effets sont immédiats et sans conteste, puisque rien que l’annonce de cette mesure dès la fin de l’an dernier, a déjà entraîné une chute de 80 % des saisies d’ivoire illégal en Chine, et une baisse de 65 % du prix de l’ivoire brut par rapport à 2014, relève le groupe WildAid.

C’est donc un ballon d’oxygène pour l’espèce, car en réduisant le braconnage, c’est environ 30 000 individus abattus chaque année qui sont concernés, selon les ONG.

Seule ombre au tableau, le cas de Hong Kong, premier marché de détail de l’ivoire, où il se négocie depuis plus de 150 ans. Cependant, il est raisonnable de penser que sur une période de cinq ans, une décision favorable pourrait aboutir.

Cela ne veut pas non plus dire, que tout s’arrange complètement, car le groupe Save The Elephants, basé au Kenya, a toutefois averti cette année, que le Laos était un marché en pleine expansion.

Crédit photo : Roger Le Guen

Laisser un commentaire