Levi’s et Google sortent une veste connectée

On a beau se prétendre indémodable, le « jean » comme tout vêtement doit suivre les modes et les tendances. La firme américaine Levi’s a résolument pris le parti de se mettre à la page. 140 ans après son premier jean, la firme américaine Levi’s, qui fête son anniversaire va sortir une veste en jean connectée, en partenariat avec Google.

Cette veste, va permettre de commander des objets à distance, comme un smartphone, via les fils du tissu. Elle utilise pour cela, un tissu sensible au toucher. Du coup, on peut exécuter certaines tâches en tapotant sur un petit bouton placé sur sa manche. « Quand la veste détecte votre geste, le bouton envoie un signal sans fil à votre mobile via le tissu lui-même », explique Levi’s dans un communiqué.

Il reste maintenant à définir, qui cela peut réellement intéresser au-delà de l’aspect purement curiosité. La marque Le procédé n’est pas nouveau, et déjà en 2015, Google avait annoncé qu’il travaillait à la fabrication de vêtements connectés. Il avait même donné à ce système le nom de l’inventeur français d’un célèbre métier à tisser « Jacquard ». Ces « textiles interactifs » sont réalisés en mêlant des fils conducteurs aux matériaux habituels des vêtements lors du tissage. Les fils conducteurs sont reliés à de petits circuits électroniques, pas plus gros qu’un bouton de veste, dont les algorithmes permettent de différencier une tape ou un balayage du doigt, expliquait Google à l’époque.

Cette technologie, permet donc de gérer par exemple votre musique, votre système de navigation ou vos communications, précise les informations données par la marque. Bien sûr, cette veste pas vraiment comme les autres a un coût, et elle sera commercialisée aux alentours de 350 dollars (environ 300 euros),

Il reste maintenant à définir qui cela peut réellement intéresser au-delà de l’aspect purement curiosité. La marque s’est plus particulièrement focalisée sur une cible précise, les cyclistes. En effet, pour la marque, cette veste permet de « ne pas quitter la route des yeux« . On imagine, que c’est aussi un essai pour voir si la clientèle est réceptive ou pas encore à ce type de produit.

Reste à définir si on achète une veste en « jean » pour faire du vélo, et une nouvelle fois se poser la question de savoir si l’on ne peut pas tout simplement prendre le temps de répondre aux sollicitations et éviter de faire toujours deux choses en parallèle.

Crédit photo : Jason Farrell

Laisser un commentaire