Brexit is alive and well and living in UK

La saga Brexit, qui a déjà bien secoué la politique anglaise, semble partie pour un nouvel épisode. Cette fois, il est question des modalités d’application du Brexit. Deux écoles s’affrontent, au sein même du gouvernement avec d’un côté les défenseurs d’une ligne dite « hard » et de l’ autre une ligne plus « soft ».

La ligne des plus durs prône l’indépendance totale du Royaume-Uni, vis-à-vis de Bruxelles et de ses contraintes. Pour ses adeptes, le Royaume-Uni n’a besoin de personne pour réussir sa politique économique, et il peut prospérer en profitant de son désengagement des accords vis-à-vis de l’UE, surtout au niveau financier.

Ces purs et durs du Brexit, proposent de se tourner vers ses partenaires du Commonwealth et les autres grandes puissances mondiales, États-Unis en tête, pour négocier ses propres traités de libre-échange.

Dans ce cas-là, c’est le retour à des droits de douane et des mesures protectionnistes pour l’Union européenne, qui devient un partenaire économique comme un autre pour Londres. Cela veut dire concrètement, la fin de la libre circulation des Européens et visas et contrats de travail pour tous.

De l’autre côté, les modérés du Brexit, prônent une approche plus pragmatique. La version « soft » consiste à négocier le maintien du Royaume-Uni dans le marché unique européen pour certains secteurs stratégiques de son économie. En contrepartie, le pays se verrait obliger de maintenir une forme de libre circulation des personnes et contribuer au budget de l’UE.

Theresa May, va donc essayer de se frayer un chemin entre ces deux visions. Il faut aussi trouver un compromis qui puisse être accepté par l’Union européenne. Celle-ci a aussi de son côté ses purs et durs qui comptent bien faire payer cher la sortie de l’UE aux Britanniques et donc, ils ne feront pas de cadeau.

Souhaitons bien du courage à Theresa May, car tout cela ne va pas être facile. Comme toute bonne négociatrice, elle devra, pour trouver une solution et satisfaire tout le monde, devoir sans doute mécontenter et être critiquée par l’ensemble.

Crédit photo : Pandorco

Laisser un commentaire