Le bruit : un fléau qui se fait de plus en plus entendre

Le bruit s’avère de plus en plus, comme la nuisance la plus pernicieuse de notre monde moderne. Le monde du travail n’y échappe pas, et une récente enquête Ifop-JNA, démontre que les nuisances sonores engendreraient une perte de 30 minutes de travail par jour, pour quelque 6 millions de Français.

On ne parle plus de coins, mais d’espaces de travail ouverts, les fameux « open space » sont devenues le symbole d’une façon de concevoir le travail avec une large ouverture vers ceux qui sont devenus des collaborateurs. Ils doivent normalement favoriser les échanges, et améliorer le climat, comme le certifient depuis plusieurs années les architectes d’intérieur, et autres DRH dans le vent.

Cependant, il en résulte aussi quelques problèmes de concentration, et d’énervement liés à l’intrusion de bruits incessants comme une circulation intempestive des collaborateurs, des discussions accentués par des distances inappropriées entre les bureaux, les sonneries de téléphone, clavier, rangement.

Au bout du compte, l’enquête révèle, que près de six actifs sur dix, se disent gêner par la fatigue auditive au travail. Le résultat peut amener des problèmes de santé divers.

En plus de l’absentéisme, le bruit engendre du stress, des tensions, et parfois des conflits. On retrouve alors, les écueils que l’on voulait éviter à la base. Certains optent pour le casque audio, qui a le mérite d’envoyer un signe clair « ne pas déranger », mais qui isole encore plus.

Le comble de l’horreur pour les entreprises, c’est six millions de Français qui perdent ainsi plus de 30 minutes de temps de travail par jour. Cela veut dire que les nuisances sonores représentent donc un coût. La facture totale pour ce temps de travail perdu par le bruit s’élève à 23 milliards d’euros par an selon cette même étude, qui prend comme référence le coût horaire moyen estimé par l’Insee à 32 euros.

Il faudrait admettre, que travailler quelques heures en silence, dans son coin de manière concentrée, ne fait pas de vous un asocial. C’est aussi l’attitude, d’un travailleur qui veut être efficace, précis, et dont le travail sera apprécié par les autres, créant ainsi bonne ambiance. De plus, il pourra plus aisément être dans un autre temps pleinement à l’écoute.

Une porte, dans la mesure où elle reste ouverte quand il le faut, n’a jamais empêché les échanges.

Crédit photo :  Dojocréa

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire