Nairobi : l‘élection des premiers Miss et Mister Albinisme Kenya
Dans la ville de Nairobi au Kenya, vient de se dérouler l‘élection des premiers Miss et Mister Albinisme Kenya. Cette élection n’est pas un hasard, car elle se passe sur un continent, où dans certains pays, les albinos sont stigmatisés, et même pourchassés.
Rappelons, que l’albinisme se traduit par une absence de pigmentation dans la peau, le système pileux et l’iris des yeux. Cette différence, bien sûr plus visible sur le continent africain est souvent très mal perçue.
Nancy Njeri Kariuki, 24 ans, est venue du centre du Kenya pour participer à la compétition, elle témoigne, “en Afrique, les gens ont la peau noire. Lorsqu’une femme donne naissance à un albinos, les gens disent que c’est une malédiction”. Elle poursuit, “même les enfants de votre âge ont peur de vous”.
Pour Michael Ogochi, un participant de 21 ans, c’est une occasion unique de se mettre en avant plutôt que de vouloir, comme d’habitude passé inaperçu. Cette compétition va l’aider à avoir confiance en lui.
Les participants ont défilé, devant le vice-président du Kenya William Ruto, dans leurs tenues professionnelles, du pêcheur au soldat en passant par une joueuse de rugby. Il faut démontrer leur volonté de vouloir tout simplement faire partie de la population active du pays.
Cependant, cette élection n’est qu’une goutte d’eau, et une initiative encore très insuffisante. D’après le député Mwaura, « les albinos ont encore beaucoup de mal à trouver leur place sur le marché du travail ».
Il faut tout de même saluer, l’initiative du Kenya, qui adopte une attitude plus humaine avec les albinos, car comparativement, d’autres pays d’Afrique restent sur des positions particulièrement dures.
Dans plusieurs pays du sud et de l’est de l’Afrique, comme la Tanzanie, le Malawi, le Burundi et le Mozambique, les albinos font l’objet de nombreuses attaques. Certains sont même pourchassés et amputés de leurs membres, qui sont ensuite utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance.

Crédit photo : Laurent

 

Laisser un commentaire