Generation EQ : la génération de voitures électriques de Mercedes

Comme pour l’ensemble des constructeurs, le futur de l’automobile de Mercedes se décline par la voiture électrique, et sur le stand du constructeur du Mondial de Paris. On peut admirer  un imposant concept «Generation EQ». Un SUV 100 % électrique qui devrait offrir 500 km d’autonomie. 

Il s’agit pour Mercedes de mettre en évidence ce qui va devenir le prochain signe distinctif de la marque. Ce sont les deux lettres EQ, nom prévu pour une nouvelle division qui regroupera tous les futurs modèles branchés de Mercedes-Benz.

Une nouvelle division, cela veut dire que Mercedes veut profiter de cette transition pour remettre des choses à plat et penser, ses véhicules électriques comme des véhicules «différents» du reste de la gamme. Nouvelle technologie veut dire nouvelles contraintes, mais aussi nouvelles possibilités. Il faut donc faire avec les uns et profiter des autres, d’où la division EQ. Le constructeur envisage de se retrouver en pôle position vers 2025. Il prévoit que ces voitures d’un nouveau type représenteront 15 à 25 % de ses ventes d’ici 2025.

Quand on parle de nouvelles voitures, on pense immédiatement à nouveau design. Là-dessus, on n’est pas déçu, Generation EQ, est résolument futuriste avec une ligne fluide, très aérodynamique. Pour le chef designer Gordon Wagener, c’est l’occasion de véritablement faire bouger les choses. « Les voitures électriques nous ouvrent de toutes nouvelles voies. L’architecture automobile va pouvoir changer radicalement ». Pour étayer ses propos, il prend pour exemple, « penser, étirer l’empattement, parce qu’on peut très bien imaginer placer les roues tout au bout du châssis. C’est même la solution idéale, parce que, en cas de crash, la position la plus sûre pour les batteries, c’est entre les essieux. Si on écarte les essieux, on a plus de place pour les batteries, donc plus d’autonomie ».

Selon Wagener c’est clair, il ne faut pas rester au milieu du gué, et il considère que si les premiers véhicules électriques ont fait un flop, c’est parce « quils n’étaient ni sexy, ni luxueux ».

Visiblement chez Mercedes, un grand virage a été négocié, et on attaque la ligne droite.

Crédit photo : Quentin Douchet

 

 

Laisser un commentaire