Présidentielle USA : et si l’on invitait les ex-maitresses au débat ?

Nous sommes à quelques heures  du premier débat présidentiel qui doit opposer la démocrate Hillary Clinton, au républicain Donald Trump. L’enjeu est évidemment particulièrement important pour la suite. Comme d’habitude, tous les coups sont permis pour déstabiliser son adversaire. Le candidat républicain a menacé d’y inviter une ancienne maîtresse de Bill Clinton.

Elle s’appelle Gennifer Flowers, sa liaison avec Bill Clinton remonte à la fin des années 1970. Évidemment, elle a tout de suite fait savoir que si on l’invitait, elle viendrait. Ce n’est pas à proprement parler une révélation, car l’affaire Gennifer Flowers avait déjà été évoquée lors de la première candidature à la présidence de Bill Clinton en 1992. A l’époque, le candidat démocrate avait nié avoir eu une liaison avec elle. Des années plus tard, il avait reconnu sous serment une seule relation sexuelle, en 1977. De son côté, Gennifer Flowers  affirme dans un livre, que leur liaison a duré 12 ans.

Pour l’instant, la directrice de campagne de Donald Trump, Kellyanne Conway, n’a cependant pas confirmé dimanche, la présence de Gennifer Flowers. On évoque plutôt une réaction à l’annonce du côté démocrate, de la présence de l’homme d’affaires Mark Cuban, propriétaire notamment de l’équipe de basket des Dallas Mavericks. Particulièrement virulent envers le candidat républicain, « si cet idiot de Mark Dopey (qui veut dire nouille) veut s’asseoir au premier rang, peut-être que je mettrai Gennifer Flowers juste à côté de lui », a tweeté samedi Donald Trump.

On l’a compris, l’ambiance est électrique, et la pression monte. Ce premier débat présidentiel aura lieu lundi soir, à l’université Hofstra près de New-York. Cet affrontement est extrêmement attendu, entre deux candidats pas très éloignés dans les sondages. La soirée pourrait battre des records d’audience. Pour ce débat, chaque camp dispose de plusieurs centaines de places dans la salle, et le choix des invités est toujours extrêmement sensible, et commenté de part et d’autre.

Crédit photo : Stock News USA

 

 

Laisser un commentaire