François Fillon propose 100 milliards d’économies, et un choc budgétaire

Pour ses primaires à droite, à chacun sa partition, si Juppé la joue très politique avec la modération et le rassemblement. Sarkozy met le paquet sur la sécurité et l’identité nationale. François Fillon, lui, c’est tout sur l’économie et un grand virage libéral. Son objectif est de profiter de 100 milliards d’euros d’économies de dépense publique durant le quinquennat 2017-2022 pour dynamiser l’économie.

Vous l’avez compris, qui dit « choc libéral » dit mise à mal des prestations sociales et du service public. Première visée, la Sécurité Sociale avec 20 milliards d’euros attendus sur le régime des retraites, par le passage de l’âge de la retraite à 65 ans. 20 milliards aussi sur les dépenses de santé et liés à la réforme de la carte hospitalière. 10 milliards d’euros provenant de la dégressivité et du plafonnement des allocations chômage, et de la baisse du nombre de chômeurs.

Cependant, l’autre grande option de François Fillon, c’est la hausse de deux points du taux normal, et du taux intermédiaire de la TVA. Pour l’ancien Premier ministre, cette hausse « nous mettra dans la moyenne des pays européens et sera compensée pour les salariés par une baisse de leur charge ». A ceux qui signalent que cela amènera à une probable hausse des prix liée à l’augmentation de la TVA, Gilles Carrez, président LR de la commission des finances de l’Assemblée nationale et soutien de François Fillon répond, « cette augmentation ne se transmettra que faiblement dans les prix parce que nous n’avons pas d’inflation. Nous sommes dans des conditions très différentes de 1995 où avait été pratiquée une augmentation de deux points qui s’était traduite par une hausse des prix de l’essence, du gaz et de l’électricité ou encore des transports et des services. L’Allemagne a pratiqué une augmentation de trois points en 2006 qui s’est parfaitement bien passée ».

Avec ce sens de l’à-propos, qui caractérise le fin politique, François Fillon épargne à ce régime minceur, les secteurs sensibles que sont, la Défense, la justice et la police, qui pour répondre à la menace terroriste se verra injecter 12 milliards d’euros.

Pour les esprits chagrins qui font remarquer, que la hausse de la TVA touche indifféremment, et souvent de manière plus dure les plus pauvres et les plus riches, la députée LR des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer retourne que « l’on ne peut pas continuer à avancer de cette façon avec le déficit abyssal de l’assurance maladie et de tout le système de santé. Je pense au contraire que c’est une mesure d’équité et de justice, car tout le monde paye la TVA. C’est bien que tout le monde y participe. Cela ne peut pas peser que sur le travail ». Le candidat avance 40 milliards d’allégements en direction des entreprises pour améliorer la compétitivité, et 10 milliards pour les ménages afin de relancer la consommation. Le but de ces économies drastiques est, pour François Fillon de retrouver en 2022 « le plein-emploi » avec un taux de chômage de moins de 7 %. L’ancien Premier ministre promet aussi un déficit public ramené à 0 % en 2022, contre -4,7 % en 2017. Vous n’allez pas le croire, il fait un tabac auprès du MEDEF…pour d’autres, ça va faire réellement un choc.

Crédit photo : UMP Photo

Laisser un commentaire