Pour en finir une bonne fois pour toute avec les « chemtrails »

Le titre, à la manière d’un livre de Woody Allen, revient sur les conclusions d’une équipe de scientifiques à propos de l’utilisation d’avions pour disperser massivement et secrètement les produits chimiques. Elle a soumis à un panel de scientifiques les arguments, et les « preuves » avancées par les partisans de cette théorie.

Ken Caldeira, chercheur au département écologie de l’institution Carnegie pour la science (États-Unis) s’est aperçu « qu’il n’y avait aucune étude scientifique qui s’intéressait réellement aux arguments avancés par les partisans de la théorie des chemtrails ». Il a donc créé une équipe avec deux autres chercheurs, et un spécialiste de ces théories conspirationnistes. Ils ont contacté des centaines de chercheurs,  77 d’entre eux ont accepté d’étudier les éléments de preuve avancés par les sites relayant la théorie de la conspiration des « chemtrails ».

Concernant les photos de traînées suspectes, les experts en chimie atmosphérique sont unanimes. Les explications qui s’imposent comme les plus réalistes, les plus simples et évidentes, sont diverses (variation de pression ou d’humidité de l’atmosphère, réfraction de la lumière sur des cristaux de glace, température, particules de kérosène…), mais pas le résultat d’un quelconque épandage massif.

Même son de cloche, du côté des géochimistes, pour 82 à 89 % d’entre eux, les « étranges » taux d’aluminium, de strontium, de cuivre ou de manganèse dans les échantillons s’expliquent facilement par la pollution industrielle, le dépôt naturel… Un seul chercheur estime toutefois, que l’explication la plus probable à ces résultats est bien liée à un programme secret d’épandage massif.

Le résultat des courses donne, que 98,7 % des 77 scientifiques spécialistes des traînées de condensation, de la pollution atmosphérique et de la redéposition des particules estiment que les arguments des partisans de la théorie des « chemtrails » sont erronés ou insuffisamment documentés pour constituer une véritable preuve.

Il ne faudrait pas confondre, quelques expériences conduites sur le terrain, comme les cristaux de sel pour faire pleuvoir ou encore l’émission de particules d’iodures d’argent pour prévenir la formation de gros grêlons, avec un vaste complot mondial concernant des milliers d’avions réalisant des dispersions massives dans l’atmosphère et sur les populations.

Gageons, que nous verrons encore beaucoup de vidéo sur le sujet. Les adeptes de ce type d’information, continuent à trouver sur le net, la reconnaissance de certaines personnes ignorantes, comme nous le sommes en majorité, à défaut de ne pas obtenir, à juste titre, la reconnaissance de leurs congénères scientifiques.

Crédit photo :  Jennifer Hasegawa

 

 

Laisser un commentaire