L’armée : cette actrice de la vie politique Turque

Derrière le coup d’État avorté en Turquie se trouve l’armée, ce n’est pas vraiment une première dans ce pays, car l’armée turque a toujours tenu une place importante dans la vie politique du pays. C’est d’ailleurs inscrit dans la Constitution du pays que « les forces armées sont les gardiennes de la République Turque ». Il s’agit d’un héritage de la guerre d’indépendance menée par les militaires dans les années 1920.

Pour être vraiment honnête, déjà sous l’Empire ottoman, l’armée avait pris l’habitude de remplacer les monarques suivant ses préférences. Dans la Turquie moderne, l’armée s’est emparée de trois principes, elle est le garant de la République, un vecteur de modernisation, et surtout la défense de la laïcité. Ces trois mots d’ordre ont d’abord légitimé son soutien au fondateur de la République Turque, Mustafa Kemal Atatürk, et expliqué les coups d’Etat de 1971 et 1980 ainsi que le renversement de Necmettin Erbakan jugé trop religieux.

C’est d’ailleurs au nom d’une laïcité de plus en plus menacée par Recep Tayyip Erdogan que le mouvement a eu lieu. C’est aussi parce que le président diminue les prérogatives de l’institution militaire. Ce n’est pas nouveau, et dès son arrivée au pouvoir en 2003, il a pris prétexte de la candidature turque à l’Union européenne pour tenter de prendre le pas sur les forces armées. Le pouvoir civil s’est mis à intervenir davantage dans la nomination des chefs militaires. En 2013, Ankara a promulgué une loi visant à limiter le champ d’intervention de l’armée.

L’échec du putch a mis en lumière, une division au sein de l’armée, et notamment entre les militaires et leurs commandants. Le commandement suprême « n’a pas donné son aval », affirme à l’AFP Jean Macrou, professeur à Sciences-Po Grenoble. Cependant, l’armée turque reste une institution « prestigieuse », explique le chercheur, Bayram Baltci. Cet épisode révèle, comme pour la société civile, une « division de l’armée » sur l’islamisation de la société turque.

Crédit photo : Romain

Laisser un commentaire