Marine Le Pen soutient Donald Trump

Bon finalement, elle le dit, mais pas trop fort. La présidente du Front national a déclaré, qu’elle se positionne en faveur de Donald Trump, le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine 2016. Elle ne fait que suivre, et confirmer son parti qui a choisi depuis longtemps.

Marine Le Pen avait cependant bien des raisons pour ne pas prendre trop parti. Dans un premier temps, elle avait même déclaré, « je ne suis pas Américaine, je ne suis pas Nicolas Sarkozy. Je défends tous les Français, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur religion« . Elle prenait bien soin de mettre de la distance avec celui qui a notamment proposé d’interdire l’accès au sol américain à tous les musulmans, pour rester consensuelle.

Mais voilà, Donald Trump a gagné sa bataille chez les républicains, et Marine Le Pen ne peut pas se positionner pour la démocrate Hillary Clinton. C’est d’ailleurs le créneau de la présidente du FN, car avant d’être pour Trump, elle est surtout contre l’ancienne première dame qui « incarne tout ce que les États-Unis ont pu construire et exporter de néfaste dans le monde en termes de modèle économique, de choix internationaux ».

Alors on oublie un peu les dérapages racistes des candidats républicains (ce ne sera pas difficile du côté du FN). On met de côté une politique économique résolument ultra-libéral, pas vraiment raccord avec les options défendues par le Parti français. On se concentre plutôt sur le côté « candidat anti-système » chère au Parti frontiste. On cultive la similitude des candidats hors-système, qui sont à l’écoute de ceux que l’on écoute plus.

Louis Alliot a déjà déclaré durant les primaires républicaines, « je ne connais pas son programme dans le détail, mais ses opinions sur Vladimir Poutine, Daech et l’erreur de la guerre en Irak vont dans le bon sens ». « Trump est protectionniste, antimondialisation, anti-TAFTA, pro-Brexit. Là-dessus, il rejoint le programme de Marine Le Pen. Elle dit « les Français d’abord », il ne dit pas autre chose, « les Américains d’abord ».


Il est vrai que, « qui se ressemble, s’assemble »…

Crédit photo : Marine Le Pen

 

Laisser un commentaire