• Fédération de taekwondo : de petites illégalités au quotidien

    Quand nous parlons de certains sports très populaires, nous entendons souvent des sommes faramineuses, et des pratiques douteuses. L’AFP s’est procuré les documents sur lesquels la justice et le ministère des Sports enquêtent depuis près de dix mois. La Fédération française de taekwondo (FFTDA) est accusée d’avoir multiplié les dérapages, voire les illégalités. Nous ne sommes plus dans le sport business proprement dit, mais les pratiques demeurent. Cependant, les sommes d’argent ne sont pas les mêmes, et font parfois plutôt penser à de la « débrouille » qu’à de la grande délinquance.

    Une plainte contre X a été déposée auprès du procureur de Lyon pour diverses malversations, par treize membres de la Fédération. Ces supposées malversations auraient conduit à la démission, le 4 juillet 2015, du président en poste depuis 2006 Roger Piarulli, resté toutefois membre du comité directeur, et du directeur technique national (DTN) historique Philippe Bouedo.

    Il est question d’une série de salaires déguisés pour échapper au fisc et à l’Urssaf notamment sous la forme d’aides au logement, de versements d’un montant de 53 000 € sur quatre ans à plusieurs ligues et clubs. Des notes de frais kilométriques fictifs, pour gonfler les revenus de plusieurs entraîneurs nationaux  de 500 € par mois. Le tout bien sûr, apparemment sans validation du comité directeur.

    On trouve aussi de faux contrats de travail et bulletins de salaire pour aider un ancien athlète de premier plan à obtenir un prêt bancaire. Enfin, le DTN Philippe Bouedo aurait présenté, en 2011, une note de téléphone portable de 27 651,81 € pour l’année. Poussé à la démission, après la dénonciation de ces faits par certains membres du comité directeur, le président Roger Piarulli avait semble-t-il lui-même profité du système sous la forme de deux billets d’avion, un Paris-Nice et un Paris-Las Vegas, achetés par la Fédération pour son épouse. M. Piarulli a remboursé le tout lors de sa démission.

    Contactées à plusieurs reprises par l’AFP, les trois personnes mises en cause n’ont pas réagi. Denis Odjo, l’actuel président a pour sa part affirmé à l’AFP n’être au courant d’aucune procédure, judiciaire ou administrative. Il a pourtant reconnu et justifié certains des faits en question.

    Nous venons de faire un petit tour dans le quotidien d’une fédération sportive, d’un sport dit « confidentiel » qui se débat avec de petits budgets pour que ces athlètes et ses dirigeants puissent avoir les moyens individuels de rivaliser avec ceux de pays étrangers, mais aussi…pour en profiter un peu.

    Crédit photo : gaelmonk

    Laisser un commentaire

    Copyright Toute l'actu2012 | Qui sommes-nous ? | Mentions légales | Ecrivez-nous !